etoile - Page 5

  • Week-end de rêve pour le football dalhemois

    P2283060.JPGAprès avoir accroché le futur champion, Lixhe, à domicile, les Etoilés ont réédité cet exploit samedi dernier dans un match haletant et d’un niveau supérieur à la 3e provinciale. Valoir pensait avoir lancé les visités sur le chemin de la victoire en ouvrant la marque à l’heure de jeu, mais Smeets sonnait le réveil des visiteurs en envoyant la sphère sur le cadre. Malgré une exclusion évitable à cinq minutes du terme, les Bleus poussaient de nouveau sur l’accélérateur et trouvaient finalement la faille dans les arrêts de jeu. C’est Piron qui envoyait les Etoilés au septième ciel.

    Le lendemain, l’Elan n’a fait qu’une bouchée de Heusy, une formation qui vise pourtant la qualification pour le tour final. Le score de 4-0 prouve que les Dalhemois vendront chèrement leur peau en fin de saison, eux qui n’ont aucune envie de descendre en 4e provinciale. 

    A noter également que Warsage, une série plus haut, s’est imposé à Banneux sur le plus petit score possible (0-1). Un succès à l’arrachée qui prouve que les Warsagiens méritent de terminer dans le top 10 de la P2B.

  • Arnaud Dewez maculé de boue avec son équipe de foot

    de.jpgArnaud Dewez est un grand amateur de football. Supporter du Standard, il est aussi joueur à l’Étoile Dalhem. Avec la quatrième provinciale des Étoilés, il se déplaçait dimanche du côté de Cornesse. Rapidement, l’aire de jeu s’est transformée en champ de patates. C’est donc dans la gadoue que s’est disputée ce match. Ce qui n’a pas embêté le bourgmestre de Dalhem, souriant malgré ces conditions plutôt pénibles.

    À la fin de la partie, il a même pris une photo avec ses compatriotes de la défense. Sur celle-ci, on voit le maïeur maculé de boue. Une image étonnante pour ce jeune homme qui tombe rarement la chemise lors de rendez-vous officiels. «Pour la petite histoire, nous avons perdu 4-0», narre Dewez. «Cornesse est leader. Nous avions battu cette formation à l’aller, mais à 10 au coup d’envoi puis à 9 (exclusion), nous avons craqué».

  • Lechanteur et l’Elan n’ont pas droit à l’erreur

    elan dd.JPGPour sa première depuis l’intronisation de Jean-Luc Lechanteur dans le costume de T1, l’Elan Dalhem a affiché un visage nettement plus séduisant dimanche dernier à Olne. Les Dalhemois auraient même pu revenir de ce compliqué déplacement avec les trois points de la victoire. Si le match a été spectaculaire, on retiendra également que l’arbitre de la partie a oublié de siffler un penalty en faveur des visiteurs en toute fin de match (1-1). Qu’à cela ne tienne, les Rouges ont retrouvé de la rage de vaincre. Peut-être seront-ils récompensés de leurs efforts ce dimanche face à Elsaute ? Le succès est en tout cas nécessaire face à la lanterne rouge de la P3C.

    Dans le même temps, l’Etoile tentera de renouer avec les joies de la victoire à Heusy. Considérés comme l’un des principaux adversaires de Lixhe dans la course au titre, les Bleus ont rapidement baissé pavillon. La défaite à Blegny (3-1) montre que plus rien ne tourne très rond dans ce club. Une réaction est nécessaire. Et ça passe par un succès ce week-end.

    En P2B, Warsage, battu sur le plus petit écart par Trooz (0-1), a la possibilité de rebondir ce dimanche. Méfiance tout de même car un déplacement à Oupeye n’est jamais synonyme de victoire assurée. Pour engranger les trois points, il faudra mouiller le maillot. 

    Coup d’envoi des rencontres à 15h.

  • Stéphane Delhalle : « J’espère que l’Elan va se sauver »

    del.JPGStéphane Delhalle est l’un des premiers entraîneurs de la série à avoir annoncé qu’il n’irait pas voir ailleurs la saison prochaine. Il faut dire que le Visétois, qui entraîne aussi les U11 nationaux de la Cité de l’Oie, se sent comme un poisson dans l’eau à Cornesse. Mais avant de parler de son club, il évoque l’actualité des deux équipes dalhemoises présentes dans sa série. « Je m’attendais à voir l’Etoile nettement plus haut au classement général. Quant à l’Elan, c’est vraiment triste ce qui lui arrive. J’espère que les Rouges vont se sauver ».

    Et du côté de Cornesse ?

     

    « Les dirigeants locaux sont les premiers à m’avoir donné l’opportunité de devenir T1. Et ça, je peux vous certifier que ça a pesé dans la balance au moment où on m’a demandé si je comptais resigner. J’avais une touche avec un autre club, mais je me devais de rester ». Elément plutôt étonnant, au coup d’envoi du championnat, Delhalle devait occuper le poste de T2. « Quand Geoffrey Sterck a pris la porte, pour raisons professionnelles, on m’a demandé si je souhaitais prendre le relais. J’ai accepté, moi qui n’avais pourtant jamais dirigé une équipe d’adultes ». Force est de constater que ce choix s’est avéré payant. « L’objectif était de se qualifier pour le tour final. Au départ, ce n’était pas catastrophique si nous n’arrivions pas à nos fins. Mais vu notre beau parcours, la donne a changé. Après 18 rencontres, nous occupons la seconde position au classement général. Bref, ne pas participer au tour final serait, à présent, une déception ». Cornesse aurait même pu avoir son mot à dire dans la course au titre si le premier poursuivant de l’ogre lixhois s’était montré plus régulier. « Nous avons perdu de bêtes points face à l’Elan Dalhem et contre Pepinster. C’est dommage car mon groupe est très compétitif. Le fait de le conserver pour la saison prochaine me permet d’envisager un avenir radieux. Reste à voir si ce sera en P2 ou en P3. Si nous avons la chance de monter, nous essayerons d’assurer notre maintien. Par contre, si nous échouons en fin de saison, nous viserons clairement le titre en P3C. Et ce, tout en sachant que Lixhe, la meilleure équipe de la série, ne nous embêtera plus ». Ces ambitions à la hausse et l’accumulation de victoires ont également permis de tirer un trait définitif sur le triste match face à Soumagne. « Cette rencontre avait été arrêtée alors que nous menions 4-1. Nous n’avons rien à nous reprocher. Ce sont les Soumagnards qui ont exagéré. D’ailleurs ils ont été punis. Quant à nous, nous avons engrangé un succès supplémentaire », narre le Bassi-Mosan avant de conclure en évoquant la joute de dimanche face à Minerois. « Cette fois, j’espère que la journée ne sera pas remise. Nous sommes dans une bonne spirale. Et nous n’avons pas salopé notre terrain en nous entraînant à la salle à Wegnez ou grâce à nos différents matches amicaux en déplacement sur des pelouses synthétiques ».

  • Elan Dalhem : de nombreux ballons à l’eau

    elan, etoile, dalhem

    En début de semaine, vous avez pu lire dans votre quotidien préféré un sujet sur le thème : les clubs de la région ayant connu le top avant de chuter dans les divisions. L’Elan Dalhem a été évoqué.

    L’histoire de l’Elan est plutôt étonnante. A la fin de la guerre 14-18, quelques jeunes de Dalhem ont commencé à jouer au football. A l’époque, ils étaient évidemment très loin de se douter de l'ampleur qu'allait prendre leur nouvelle passion. « Parmi ceux-ci, deux futurs personnalités: le prochain Evêque de Liège, Guillaume-Marie Van Zuylen, qui avait la réputation de jouer dur et Henri Francotte, futur Doyen », apprend-on en lisant la brochure créée, à l’époque, afin de fêter le 75e anniversaire du club. « Au début des années 20, la société des Bleus fondait l'Etoile. Fin 1923, les Rouges lançaient l'Elan ».
    Le matricule 263 a d'abord joué à Cronwez, avant de s'installer le long de la Berwinne, une rivière tant redoutée des arbitres ! En effet, il était assez fréquent de voir le ballon finir à l’eau ! « Une demi décennie plus tard, la donne a bien changé. En effet, l’Elan a déménagé, en 1971, pour s’installer rue Lieutenant Pirard, où il évolue encore à ce jour. Deux ans plus tard, il a rejoint la P2. Son ascension ne s’arrêtait pas là puisque dès 1975, le club est parvenu à atteindre la P1 pour la première fois de son histoire, et ce grâce à une génération du cru. En 1978, les Rouges sont même montés en promotion, avant de redescendre l’année suivante. Mais en 1981, les Sang et Or ont à nouveau rejoint ce niveau national. Ils s’y sont d’ailleurs maintenus durant trois saisons de rang. De nombreux produits du club composaient toujours le noyau fanion. Une véritable fierté pour le comité des Rouges ».

    A présent, l’équipe première risque une relégation en quatrième provinciale vu son classement peu flatteur dans le bas de la P3C. « Nous tenions à offrir une chance aux juniors, auteurs d’une magnifique saison l’an dernier », conclut Hubert Goebbels, le président de l’entité dalhemoise. « Cette année, notre objectif est donc de nous en sortir, tant financièrement que sportivement. Mais ce n’est pas simple de travailler dans ces conditions. Surtout quand on sait qu’une trentaine de spectateurs assistent, en moyenne, aux rencontres de l’équipe fanion ».