- Page 5

  • Un voyage humanitaire d’un mois au Congo

    photo edith.jpgLa Blegnytoise Edith Weustenraad, active depuis cinq ans en tant que bénévole au sein de la régionale Altéo Basse-Meuse dont la vocation est l’insertion des personnes handicapées, et son copain Philippe Simon, directeur de l’école communale fondamentale de Bruyères à Herve, ont décidé de partir en Afrique afin d’aider les populations dans le besoin. « Nous nous rendrons à Minova, en République Démocratique du Congo, aux alentours du quinze juillet et ce, pour une période d’environ un mois », narre le couple. « Notre objectif est de réaliser des projets qui nous ont été confiés par ‘Comequi’, une ASBL belge qui œuvre depuis plusieurs années en RDC. Forts de nos expériences personnelles, nous souhaitons mettre celles-ci au service d’une population démunie ». Concrètement, Edith s’est vu confier la mission d’obtenir la certification « Fair Trade » pour la coopérative caféicole locale. « Cette dernière regroupe pas moins de 1.400 petits caféiculteurs dont la production est la seule et unique source de revenus. Cette mission, qui m’est annoncée comme très difficile dans un pays en (re)construction, est donc d’une importance capitale pour toutes les familles qui dépendent de ces maigres ressources ». Quant à Philippe, il est chargé de former du personnel à gérer une bibliothèque communautaire qui permettra aux quatre écoles de la région (soit environ 6.000 élèves et leurs enseignants) de consulter des livres et des ouvrages auxquels l’accès est, jusqu’à présent, un rêve dans cette région. A noter que le couple organise un « Apéro Congo » ce samedi « Chez Mousse », rue Haisse à Mortier, à partir de 17h au profit de leur voyage humanitaire. 

  • L’Elan mis au tapis par un arbitre qui se sentait menacé

    élan, dalhem

    Pour arrêter un match de football, un arbitre doit avoir une bonne raison. Mais pour arrêter une rencontre entre deux équipes qui donnent tout pour éviter de descendre à l’échelon inférieur, il faut une raison en béton. Dans ces conditions, ce qui s’est passé jeudi soir à l’Elan Dalhem semble, aux yeux de certains, disproportionné. Retour sur une soirée qui va peut-être changer la vie du football dalhemois. 

    Dominé par Elsenborn, l’Elan l’a échappé belle en première période. La grinta des Dalhemois faisait ensuite plaisir à voir. Ces derniers se donnaient corps et âme pour sauver leur club. Menés 0-2, ils inscrivaient le goal de l’espoir puis parvenaient même à arracher les prolongations au terme d’un effort phénoménal. Malgré l’exclusion de Sonnet, l’exploit semblait à portée de main pour une équipe visitée revigorée. Mais une phase a changé la physionomie de cette rencontre décisive. Alors qu’on jouait depuis cinq petites minutes les prolongations, Bastens était exclu. Dans la foulée, le Dalhemois était l'auteur d'une tape envers l’arbitre. Attention, rien de violent, d'après les Dalhemois. "L’attaquant de l’Elan n’avait aucune intention de blesser l’homme en noir malgré sa déception d’être contraint de quitter la pelouse". Qu’à cela ne tienne, alors que les joueurs des deux formations attendaient que le jeu reprenne, l’arbitre prenait la direction des vestiaires. Pour quelle raison ? D’après ses propos, il se sentait menacé… 

    C’est donc sur un score de forfait (0-5) que cette rencontre va plus que probablement se terminer. Quant à l’arbitre, il va également plus que probablement rédiger un rapport. Le règlement lui donnera à tous les coups raison. Mais les conséquences de cet acte risquent néanmoins d’être terribles. Si, dans la buvette, les joueurs d’Elsenborn faisaient profil bas, conscients que terminer une rencontre de cette manière ne méritait pas une fête avec divers excès, les joueurs de l’Elan, et encore davantage les dirigeants, étaient, eux, conscients que cette défaite pourrait emmener les Rouges et Jaunes en P4. Et ça, ce n’est pas très encourageant pour l’avenir de l’Elan Dalhem. Voire même du football dalhemois de manière plus globale…

  • Festivités ce vendredi au Fort d’Aubin

    fort.jpegLe vendredi 8 mai dès 14h, la Commune de Dalhem et l’asbl Fort d’Aubin-Neufchâteau mettront à l’honneur la défense héroïque et les derniers vétérans par une cérémonie sur le site du Fort. Pour célébrer dignement le 75° anniversaire des combats du Fort d’Aubin-Neufchâteau, une cérémonie exceptionnelle ouverte à tous sera mise en place, incluant une infrastructure imposante, de la musique militaire et de nombreux invités. Le représentant de sa Majesté le Roi Philippe présidera cette cérémonie. L’Ambassadeur d’Allemagne et le représentant du Gouverneur de la Province de Liège ont déjà confirmé leur présence à cet événement. 

    Dès le 10 mai 1940 et jusqu’à sa reddition le 21 mai, le Fort d’Aubin-Neufchâteau a opposé une résistance farouche face à l’envahisseur allemand. Il a subi pas moins de 24 assauts d’infanterie durant ces 11 jours avec, à chaque fois, des préparations d’artillerie intenses. Certains jours, il est tombé jusqu’à 20 coups à la minute sur le Fort. C’est à cet endroit que se sont déroulés les plus âpres combats d’artillerie du début de ce conflit. La garnison du fort a opposé une défense héroïque allant jusqu’à consommer plus de 16.000 obus sur les 18.000 stockés dans ses magasins.

  • Le Réserve de l’Elan Dalhem est championne

    elan, dalhemC’est devenu une bonne habitude. Chaque année, la réserve de l’Elan accumule les résultats positifs. Ainsi, cette équipe composée de potes a de nouveau conquis le titre de champion dimanche dernier.

    Un sacre cent fois mérité pour des joueurs qui font la fierté du club rouge et jaune. 

    Bravo à eux !

  • Reportage: une journée historique devant une caméra de France 2

    reportage, dalhem, warsageCe jeudi 30 avril restera à jamais marqué dans la mémoire des Dalhemois. A l’occasion de la sortie du nouveau livre de Bertrand Deckers au sujet des Romanov, France 2 avait envoyé une équipe de tournage à Warsage. La princesse Léa et un descendant de cette famille russe ont aussi pris part à la fête. A l’instar de Fabienne Delvigne, ils n’ont pas hésité à réaliser un pas de danse devant la banda dalhemoise du Delirium Tremens Band. 

    Historique ! Voici l’adjectif qui qualifie à merveille l’évènement de ce jeudi 30 avril. Ce qui aurait dû n’être, au départ, qu’une simple séance de dédicaces s’est transformée en l’une des journées les plus marquantes pour l’entité de Dalhem. reportage, dalhem, warsageTout a commencé sur le coup de 16h30. Alors que la famille du journaliste-écrivain, accompagnée de Fabienne Delvigne, la chapelière des têtes couronnées, attendaient Bertrand, l’équipe de tournage de France 2 était déjà sur les dents dans la maison des parents de l’auteur du livre au sujet des Romanov. C’était là, la première fois que cette chaîne française tournait un reportage à Dalhem ! « Il va falloir assurer », pouvait-on entendre dans l’assemblée, alors que la caméra venait de se mettre en marche, Bertrand s’apprêtant à descendre l’escalier. « Je vous propose de vous emmener dans une Russie fascinante », lançait-il après une seconde reprise. « Vous savez, à la TV, nous filmons tout à deux reprises », expliquait Linda Rais, la journaliste française de France 2. Après cette scène dans la demeure familiale, Bertrand reportage, dalhem, warsagemarchait en compagnie de son père, toujours devant la caméra, vers la librairie Thérèse, située au cœur du village. A noter que la rue était fermée à la circulation. Une situation plutôt logique car, à 17h30, débarquait Michel Foret, le gouverneur de la province de Liège. Suivait le Grand Duc Georges de Russie. « L’ambiance est merveilleuse », narrait le descendant de la famille des Romanov en tendant l’oreille vers le Délirium Tremens Band. « Je n’ai pas collaboré à la rédaction de ce livre, mais je me réjouis de le lire. 2013 était une année historique car elle marquait les 400 ans d’une des plus grandes dynasties de Russie ». Puis vint alors la Princesse Léa. Rapidement, cette dernière fut entourée par une confrérie locale, le Denier scolaire de Warsage et les membres du conseil communal des enfants. De nombreux curieux avaient également effectué le déplacement. « Je suis ici par amitié pour Bertrand », narrait reportage, dalhem, warsagela princesse qui n’hésitait pas à se mêler à la foule. « Je suis ravie de pouvoir découvrir son ouvrage. D’ailleurs, j’en débuterai sa lecture ce week-end. Personnellement, je découvre ce village de Belgique. De surcroît, je ne connaissais pas le fait qu’un conseil communal des enfants soit implanté dans une commune. Je suis contente qu’il y ait pas mal de monde à cet évènement. Bertrand a relayé plusieurs évènements liés à la royauté belge. Sa délicatesse, son talent et sa gentillesse méritaient bien que je lui rende la pareille ce jeudi ». Evidemment, la caméra de France 2 ne ratait rien de ces arrivées. « Ce n’est pas simple de travailler dans ces conditions car tout s’enchaîne à une vitesse incroyable », relatait la journaliste de l’émission de Sophie Davant « Toute une histoire ». « Nous sommes arrivés de Paris ce matin et nous repartons ce soir. Notre but est de suivre un jeune homme qui a déjà participé à reportage, dalhem, warsagel’émission, pour ‘L’histoire continue’, la suite de ‘Toute une histoire’. Nous avons la chance de voir Bertrand au milieu de ses invités prestigieux », concluait-elle avant de préciser que l’émission sera diffusée au mois de mai. 

    Bertrand Deckers : « Je ne m’attendais vraiment pas à ça »

     

    Bertrand Deckers a affiché un large sourire tout au long de cette journée. « C’était très émouvant », narrait l’auteur du livre au sujet des Romanov. « Cette mobilisation m’a fait énormément plaisir. Je me sens soutenu dans mon aventure. Quant aux personnalités qui se sont déplacées, elles sont toutes venues par amitié pour moi. L’ambiance était géniale. Je ne m’attendais vraiment pas à ça. L’équipe de France 2 s’est montrée très professionnelle. Un photographe du magazine ‘Royals’ avait également effectué le déplacement. C’était top ». A noter que les livres disponibles dans la librairie ont tous été vendus. « Il en faudra donc d’autres pour la séance de dédicaces ce samedi de 9h à 12h »…