- Page 5

  • Un concours de beauté pour lapins à deux pas de Dalhem

    ccb2.jpgC’est une manifestation pour le moins étonnante qui s'est tenue les 5, 6 et 7 décembre. Quelques 1.276 lapins ont été amenés par leurs éleveurs à Blegny-Mine. Outre un public massif, 17 juges officiels étaient présents afin de désigner les plus beaux léporidés de l’assemblée. 

    Des éleveurs venus des quatre coins de la Belgique, mais également de divers pays voisins, se sont rendus à Blegny-Mine afin d’exposer leurs léporidés. « C’est déjà la 48e édition de cette manifestation. Au fil des ans, elle ne cesse de grandir. Voilà trois ans qu’elle est organisée à Blegny-Mine avec un succès croissant : 850 lapins en 2012, 1.035 en 2013 et 1.276 cette année », explique avec satisfaction le Richellois Louis Lhoest.

    4 Rhon.jpgHistoire de conserver une certaine uniformité, les lapins ont été encagés par race. « On ne va pas mettre un lapin nain à côté d’un lapin géant », précise Yvette Fontaine, la présidente du cercle cunicole de Blegny et environs, mais également seule juge féminine de Belgique. « Les lapins amenés le vendredi par leurs éleveurs sont inscrits à l’avance. En tout, il y a 55 races différentes de léporidés. Ce qui est énorme. On recense également plus de 100 lapins géants ».

    Cette grande fête du lapin disposait d’un horaire très précis. « Le vendredi est consacré à l’enlogement des 1.276 lapins. Ces derniers sont placés sur un lit de paille. Ils disposent de tout le nécessaire pour manger et boire, ce qui ne suffit pas à certains éleveurs. Ces derniers amènent la nourriture de leurs animaux. La jap.jpgpremière partie de journée du samedi est consacrée au jugement. Il faut préciser qu’un juge peut coter jusqu’à 77 lapins de rang. Les 17 juges conviés à notre manifestation ne viennent pas tous de Wallonie : cinq sont flamands alors que deux débarquent de France. Ces derniers rendent directement leur verdict. Si un lapin possède une malformation, il est déclassé sur le champ. Dès 16h, le palmarès est donc connu. A noter que les champions de race ont ensuite un concours rien qu’à eux. L’objectif est de consacrer le champion des champions ».

  • Un week-end catastrophique pour le football dalhemois

    football,elan,etoile,dalhem,warsageLes clubs de football dalhemois de P3C n’ont pas fait le poids le week-end dernier. L’Elan a réalisé une très mauvaise opération dans sa quête de sauvetage. Les Rouges et Jaunes se sont inclinés à domicile face à Richelle (2-1), un concurrent direct dans le bas de la hiérarchie. Nicolas Milet va devoir rapidement trouver une solution afin de relancer une équipe dans le doute. Car la pression s’intensifie et le nombre de rencontres à disputer fond comme neige au soleil.

    L’Etoile Dalhem s’est également inclinée. Les Bleus ont perdu du côté d’Aubel (2-1), une équipe qui enchaîne le bon et le moins bon cette saison. Voilà qui ne fait assurément pas les affaires d’une formation dalhemoise qui est très loin d’avoir assuré sa place au tour final. 

    Une série plus haut, Warsage n’a pas amené une touche de positivisme à ce tableau décidément bien noir. Les Verts et Blancs sont revenus avec une défaite de leur déplacement à Chênée (4-2).

  • Didier Simons, secouriste et instructeur au grand coeur

    portrait horizontal.JPGDidier Simons accumule les expériences. Après l’amputation de sa jambe gauche, trois participations aux Jeux Paralympiques, huit records du monde et de Belgique en handbike ainsi que diverses apparitions comme classificateur officiel pour l’UCI, l’habitant de Hermée posera ses valises les 13 et 14 décembre à Hermalle-sous-Argenteau afin d’y donner une formation de secourisme en milieu isolé. 

    A 50 ans, Didier Simons mène toujours une vie à cent à l’heure. « Je n’ai jamais eu l’intention de freiner ce rythme », commente l’ancien fanatique de pentathlon. « Auparavant, j’occupais le poste de sous-officier plongeur démineur à la force navale belge. Mais il y a 25 ans, j’ai perdu la jambe gauche dans un accident de déminage. Plutôt que de me morfondre, je suis reparti de l’avant. Ainsi j’ai participé aux Jeux Paralympiques de Barcelone (1992) et Sydney (2000) en tant qu’athlète. En Espagne, j’étais l’un des premiers amputés à courir avec les fameuses lames d’Oscar Pistorius ! Ensuite, j’ai également participé aux JP de Pékin (2008) comme classificateur ».

    secourisme horizontal.jpgEn 2000, une blessure au genou l’a contraint de mettre un terme à sa carrière de sportif de haut niveau. « J’ai alors découvert le handbike, ce vélo pour handicapés. J’ai rapidement pris goût à cette discipline sportive. D’ailleurs, j’ai enchaîné huit records du monde et de Belgique. A présent, six records tiennent toujours ! En parallèle, je suis devenu classificateur officiel pour l’UCI (Union Cycliste Internationale) ».

    L’habitant de Hermée a également pris part à diverses missions humanitaires. « J’ai commencé ces aventures en 2001. Il faut dire que j’étais gradué en psychomotricité et que je possédais un Master en éducation physique adaptée pour handicapés. J’ai donc énormément voyagé. Et j’ai toujours été interpellé par le secourisme en milieu isolé. Concrètement, il s’agit d’interventions en pleine nature, voire en milieux hostiles, loin des postes de secours. Ainsi, j’ai participé à diverses formations. Et j’ai eu la possibilité de secourir de nombreux blessés en Afrique ou ailleurs, tout en n’étant pas médecin mais bien ‘remote medic’ ».

    Ce type de formations n’existe pas chez nous. Ce sont donc deux séances uniques que Didier Simons donnera les 13 et 14 décembre au foyer de quartier de Hermalle-secourisme vertical.jpgsous-Argenteau. « Je suis maintenant reconnu comme instructeur. La seule section francophone qui bénéficie de ces formations est le Canada. D’habitude, ces cours sont donnés en anglais. Ici, ce sera une grande première car je donnerai la formation en Belgique et en français. Durant 16 heures, je vais évoquer les principes de base du secourisme en milieu isolé. De plus, je ferai la dissociation entre secourisme urbain et ce genre d’interventions. Ces cours seront très pratiques. Par exemple, j’expliquerai comment faire une attelle avec une couverture ou un gilet de sauvetage. Bref, je donnerai une multitude de notions au cas où les personnes intéressées devraient intervenir en pleine jungle ou dans des milieux hostiles ».

    « Je n’ai pas de public cible »

     Toute personne qui apprécie voyager trouvera intéressante la formation donnée par Didier Simons. « Je n’ai pas de public cible », note l’instructeur. « Mes cours s’adressent aussi bien à des aventuriers qu’à des grands sportifs ou reporters. Imaginons que vous êtes envoyés pour raisons professionnelles dans une région touchée par un tsunami et où les centres médicaux ne sont pas légion. Dans ces conditions, vous serez peut-être amenés à secourir une personne. Grâce à cette formation, vous saurez concrètement comment vous y prendre. De même, si vous décidez de partir en vacances loin de chez nous et que vous tombez nez-à-nez avec un blessé en pleine jungle, vous ne saurez probablement que faire. Sauf si vous assistez à cette formation »…

    A noter. Pour plus d’informations, contactez le 0497.30.75.41 ou envoyez un email à l’adresse soigneursportif@gmail.com 

  • Trois matches à la portée des équipes dalhemoises

    elan, etoile, dalhem, warsageLes formations dalhemoises de P3C ne vont pas devoir se farcir de longs déplacements ce dimanche. Si l’Elan affrontera Richelle dans une rencontre entre voisins, ce dimanche à partir de 14h30, l’Etoile sera attendue de pieds fermes par Aubel au même moment. Sur le papier, ces deux matches peuvent permettre aux formations dalhemoises de faire le plein de points. Mais attention à l’excès d’optimisme !

     

    Une série plus haut, soit en P2B, Warsage prendra la direction de Chênée. Dans la hiérarchie, les Verts devancent de deux unités leur adversaire du jour. La défaite est donc interdite, sous peine de perdre une place au classement général...

  • Saint-Nicolas de passage samedi au Coq Mosan

     

    saint, nicolas

    Le programme

    Dès 12h : boeuf bourguignon frites + dessert (adulte) ou poulet frites + dessert (enfant).
    A 13h30 : spectacle de marionnettes.
    A 14h30 : visite du grand Saint, distribution de cadeaux & friandises.