Terres noires: l'exposition d'été à Blegny-Mine

Du 2 juillet au 31 août, Blegny-Mine accueille en ses murs une nouvelle exposition temporaire intitulée « Terres noires ».

Ce projet, mêlant photographies argentiques et morceaux de vie, a été porté par Julie-Marie Duro et Renaud Grigoletto. Poussés par une forme d’urgence personnelle, ils sont partis à la rencontre des derniers acteurs de la mine en Wallonie pour recueillir leurs témoignages.

« De nos fenêtres, nous apercevions ces petites montagnes à peine âgées de quelques décennies et qui, pour nous, semblaient avoir toujours existé. Enfants, nous avons gravi ces terrils, insouciants et ignorants des secrets qu’ils avaient à nous révéler. Sans trop savoir que se trouvait là la raison même de nos destinées familiales.

Cette histoire, nous l’avons finalement recomposée bien plus tard, à la lumière du récit fragmenté qui nous a été confié par ces hommes et ces femmes qui nous ont précédés. Dans les entrailles de la terre ou à la surface, ils sont venus renforcer une main-d’œuvre locale de plus en plus rare. La mine, c’est l’histoire de communautés de déracinés, formées et déformées au fil des migrations successives. Puis, comme cette végétation qui peuple désormais les sommets des terrils, c’est devenu l’histoire d’un enracinement dans une terre qu’à force de creuser, ils se sont appropriée. » 

Coal Quartet, cycle de quatre expositions

L’exposition « Terres noires » s’intègre dans un cycle de quatre expositions ou événements dédiés aux quatre éléments indissociables de l’exploitation minière : l’eau, l’air, la terre et le feu. « Air, Eau, Terre, Feu. Coal Quartet » est un projet fédérateur, réunissant le Grand-Hornu, Bois-du-Luc, le Bois du Cazier et Blegny-Mine suite à leur inscription conjointe au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012.

En 2019, le Grand-Hornu a envisagé l’air. Précieux, il est indispensable au bon fonctionnement des travaux dans le fond de la mine. Et Bois-du-Luc a exposé l’eau. En abondance dans les galeries, elle a toujours constitué un défi quant à son évacuation.

En 2020, le Bois du Cazier va au feu. Redouté par tous les mineurs, il assure aussi une source de chaleur et d’énergie indéniable. Et Blegny-Mine met à l’honneur la terre. C’est dans ses entrailles que l’on va chercher le précieux diamant noir et sur les terrils que l’on y stocke les déchets houillers.

« Terres noires » (une référence archéologique à la stratification des sols), c’est avant tout le portrait poétique d’un paysage et de sa transformation par l’homme dans sa quête du charbon. Les terres noires, c’est surtout un voyage à travers les couches de nos mémoires, du plus profond de nous-même à la surface de nos âmes. 

Informations pratiques 

  • Du 2 juillet au 8 août 2020 de 11h00 à 17h30 (dernière entrée) à Blegny-Mine
  • Réservation obligatoire via blegnymine.be ou au 04 387 43 33
  • Entrée adulte : 5 € 
  • Entrée enfant : 3,70 € 
  • Entrée senior de plus de 60 ans : 4,50 €
  • Inauguration le 1er juillet à 11h ou à 18h (sur invitation)

 

A propos de Blegny-Mine 

Situé entre Liège et Maastricht, Blegny-Mine est une des quatre authentiques mines de charbon d'Europe dont les galeries souterraines sont encore accessibles aux visiteurs via le puits d'origine. Munis d’une veste et de votre casque, descendez par la cage de mine  à - 30 et - 60 mètres sous terre pour comprendre comment était extrait le charbon. 

Blegny-Mine et les 3 autres sites miniers majeurs de Wallonie (Le Bois du Cazier, Bois-du-Luc et Grand-Hornu) sont reconnus depuis juillet 2012 comme Patrimoine mondial de l’Unesco.

Écrire un commentaire

Optionnel