Des corneilles mortes utilisées comme épouvantails créent la polémique à Barchon: la pratique ne serait toutefois pas interdite…

La vue de corneilles mortes accrochées à des poteaux dans un champ de Blegny a créé la polémique ce week-end. Cette pratique ne serait toutefois pas interdite.

C’est un promeneur qui a mis le feu aux poudres, en publiant des photos prises lors d’une balade dans les champs de Blegny. Sur ces clichés, plusieurs grands oiseaux noirs, morts, suspendus à des poteaux de fortune au milieu de champs cultivés. « Sur un chemin pédestre, là où on cultivait des poires, j’ai été interpellé par une forte odeur d’animal mort. En regardant, voilà ce que j’ai vu avec horreur, des corbeaux morts faisant office d’épouvantails. »

Sa publication a suscité nombre de commentaires. Si les uns dénoncent ce qu’ils qualifient de cruauté envers les animaux, d’autres évoquent une méthode ancestrale qui a fait ses preuves pour chasser les autres oiseaux, vivants ceux-là, qui ravagent les cultures.

Une méthode que certains disent toutefois illégale. Mais rien n’est moins sûr cependant…

► « Il ne s’agit pas de corbeaux, mais de corneilles… » : Philippe Schutters, vétérinaire responsable de la Sécurité civile animalière, réagit à cette polémique.

► Même si la destruction de corneilles est réglementée, de plus en plus d’agriculteurs utilisent cette méthode

Les commentaires sont fermés.