Voilà pourquoi on ne jouera pas au foot ce dimanche en provinciale

foot.JPG"La rencontre des Diables rouges programmée le dimanche 16 novembre à 18H00 a entraîné une réaction de mécontentement de la part de plusieurs clubs.

Ceux-ci souffrent déjà fortement de la faiblesse des recettes lorsqu’ils subissent cette concurrence des retransmissions télévisées à l’heure de leur match et voilà que le calendrier de notre équipe nationale apporte sa pierre à l’édifice pour les précipiter plus encore dans les difficultés.

Interpellé sur ce fait, l’ACFF (la direction du football francophone), la CFE (représentants des différentes provinces) et les instances des provinces francophones ont accédé à la demande de ces clubs en décidant de reporter les matches à titre de protestation.

J’entends déjà les critiques de quelques-uns (joueurs, entraîneurs et autres) qui s’insurgent contre cette décision.
Mais ils devraient comprendre par ce cri d’alarme le véritable péril qui menace notre football amateur.
Un football qui doit préserver et privilégier les relations humaines et sociales.

La plupart des clubs font des efforts importants pour présenter à leurs membres des conditions décentes afin d'y pratiquer leur passion.
Les charges fédérales ainsi qu’un bon encadrement assuré par des entraineurs qualifiés, des infrastructures et des équipements de qualité coûtent cher, très cher.

Depuis l’arrêt « Bosman », l’argent qui circulait entre les clubs a été dévoyé vers d’autres poches et l’affaiblissement des recettes a précipité un très grand nombre de clubs dans de gros soucis financiers.

Les recettes sont capitales pour la survie de nos clubs et leur principale ressource est le fonctionnement de la buvette.

La perte constante de spectateurs est un fait établi et si celle-ci est en plus accentuée par la concurrence intensive des retransmissions TV, que va-t-il rester à nos clubs pour vivre et pour faire « vivre » ceux qui en retirent un bénéfice ?

Cette situation ne plait à personne, ni aux clubs qui se privent d’une « maigre » recette, ni au CP qui devra gérer la problématique des remises.

Mais quel autre moyen pour faire comprendre au management fédéral qu’il est urgent de s’inquiéter de l’avenir du football de base et d’arrêter de se pavaner derrière les merveilleux résultats de l’équipe nationale, un verre de champagne à la main, devant des buffets fastueux.

C’est dans cette espérance de provoquer enfin une prise de conscience que le CP Liège et moi-même soutenons cet appel de détresse exprimé par tous ces clubs qui nous sont chers.

Et surtout, que l’on soit bien compris: nous sommes tous derrière nos Diables à qui nous souhaitons le meilleur et les plus beaux succès".

Henri Fonbonne
Président du CP Liège

Les commentaires sont fermés.