travaux

  • La construction de la station d’épuration perturbe la circulation: les dernières infos

    Le projet de construction de la future station d’épuration entre dans une nouvelle phase à Dalhem. La rue Lieutenant Pirard va être «ouverte» pour effectuer différents raccordements. Ce qui aura des conséquences sur la circulation dans le centre du village.

    Lire la suite

  • La rue de Gobcé réaménagée en un temps record à Blegny

    Le réaménagement de la rue de Gobcé, c’est déjà de l’histoire ancienne ! Ce premier grand chantier de l’année 2017 du côté de Blegny est en effet terminé. Pour le plus grand bonheur des villageois, mais également d’Ismail Kaya, l’échevin local des travaux de proximité.

    Lire la suite

  • La nouvelle cabine électrique devra être déplacée

    Certains automobilistes roulent vite… Trop vite, même ! Ainsi, un accident est rapidement arrivé. Pour éviter les dégâts, mieux vaut donc prendre toutes les précautions nécessaires. Et encore davantage dans les endroits où la visibilité est limitée.

    Lire la suite

  • Les travaux seront terminés pour les Bandas

    Branle-bas de combat dans la Vieille Ville à Dalhem. Jeudi matin, les ouvriers de l’entreprise Baguette se sont démenés, comme c’est d’ailleurs le cas depuis plusieurs semaines. Leur objectif est clair : mettre un terme à ce chantier le plus rapidement possible.

    Lire la suite

  • Tout savoir sur la rénovation de la piscine de Haccourt

     

    slide0.png

    La vieille piscine de Haccourt va prochainement subir une première vague de rénovations. Elles porteront essentiellement sur les économies d'énergie. D'autres travaux sont prévus à la fin de l'année.

    Inaugurée en 1978 après trois ans (!) de travaux, la piscine communale de Haccourt est ce qu'on peut qualifier de vieille dame. Et même s'il a bien été entretenu depuis ces quatre décennies, le bâtiment commence tout doucement à sentir le poids de son âge. D'autant qu'en presque quarante ans, très peu de travaux ont été réalisés. Il y a bien eu le toit refait en 1998 ou le boiler qui a été remplacé en 1991. Hormis cela, et quelques petites réparations, la piscine est toujours dans son état d'origine.

    PREMIÈRE VAGUE

    Conscientes qu'elle n'allait pas tenir le coup éternellement, les autorités communales viennent de planifier une première vague importante de rénovations. Elles vont concerner tout ce qui est énergétique. « Nous allons en effet remplacer l'ensemble des châssis, et Dieu sait que dans cette piscine il y en a », commente Christian Bragard, échevin des Sports. « Nous allons aussi changer le système de chauffage actuel pour installer un système de cogénération ». Estimés à 568.655 euros, ces travaux seront subventionnées à hauteur de 324.615 euros. « Mais tout cela va nous permettre de faire de sérieuses économies d'énergies. On devrait même avoir un retour sur investissement assez rapide ». On peut même miser sur 5 à 10 ans. Puisque, actuellement, la facture énergétique annuelle de la piscine se monte à 122.000 euros, dont près de la moitié rien que pour le gaz qui sert essentiellement à chauffer l'eau et le bâtiment.

    POURQUOI LES VACANCES ? 

    Ces premiers travaux seront réalisés du 27 juillet au 31 août et nécessiteront la fermeture totale du bâtiment. Et si la période retenue peut surprendre, en plein milieu des vacances scolaires, elle a été choisie sciemment. « Cette piscine est avant tout une piscine d'apprentissage. Nous avons bien des nageurs ponctuels, mais les 100.000 visiteurs annuels proviennent essentiellement des écoles de la localité et des communes avoisinantes ainsi que de plusieurs clubs de natation. Et durant l'été, les cours ne sont plus donnés. Fermer durant cette période est donc le meilleur choix possible ». Une fois ces travaux terminés, une seconde vague est d'ores et déjà programmée. « Nous attendons toujours la confirmation du subside de la Région wallonne. Mais nous espérons pouvoir les réaliser à la fin de l'année, durant la période de fermeture habituelle. Ces 15.000 euros de travaux porteront sur la mise aux normes du pédiluve et la rénovation des douches et des portes ». Des douches qui datent toujours de 1975. On le voit, tous ces travaux ne seront vraiment pas du luxe. Quant au bassin de 25 mètres, c'est finalement lui qui tient le mieux le coup. Alors que dans d'autres piscines, c'est le point faible de l'infrastructure, en raison de problèmes d'étanchéité, celui de Haccourt reste lui en parfait état. « Et je pense qu'on le doit au personnel qui y travaille depuis des années et qui bichonne l'installation ». AURÉLIE DRION