tondeuse

  • Les deux voisins dalhemois se livrent une guerre depuis 15 ans

    guerre, dalhem, tondeuse36 km2 de havre de paix, dans une petite commune bucolique : telle pourrait être la description de Dalhem. Mais dans toute cette quiétude, deux voisins de la rue Joseph Dethier ont fait contraste en se menant une véritable guerre pendant 15 ans. Thierry et José ont comparu devant le tribunal correctionnel de Liège en fin de semaine dernière dans le cadre de cette dispute qui n’en finit pas : c’est notamment le bruit de la tondeuse de José qui aurait déclenché le conflit.

    Les faits pour lesquels les voisins comparaissent: prévention de coups et/ou harcèlement ayant eu lieu entre 2008 et 2011. D'après Thierry, son voisin tondait tout le temps, et ce juste pour faire du bruit. Ainsi, il aurait par exemple tondu durant 7 jours d'affilée, maintenant le moteur allumé pour l'importuner. 'Il peut faire le pitre pendant des heures sur sa terrasse. Quel repos peut-on avoir?", se demandait-il en 2011 sur RTL-TVI qui réalisait une émission avec des conflits de voisinage.

    José soutient évidemment le contraire: "Mon terrain est grand et je ne tonds pas en-dehors des heures autorisées. Mais lui, il est dangereux. Il m'a lancé des piles sur la tête pendant que je tondais. J'ai d'ailleurs gardé les piles, comme preuves"!

    Thierry, à bout de nerfs, aurait été jusqu'à tirer avec sa carabine à plombs, touchant son voisin José. Il soutient qu'il visait la tondeuse et non son voisin. "C'est un assassin. Je lui ai dit que maintenant qu'il avait été vedette à la télévision, il voulait m'assassiner".

    L'histoire est tellement peu claire qu'il a fallu entendre, à l'audience de la semaine dernière, une série de témoins. Ainsi une voisine a déclaré: "Thierry se mettait tout le temps à la fenêtre et il filmait constamment ce qui se passait dans le jardin. Puis, il rôdait avec sa carabine. Moi-même, je n'osais plus laisser mon petit-fils jouer dehors".

    Une nouvelle audience est prévue pour tirer au clair cette sombre histoire. En attendant, un voisin a pris le taureau par les cornes: il a déménagé! LWS