smeets

  • Didier Smeets représente la Belgique à Milan (photos)

    IMG_0999.JPGDeux ans et demi après la création de son entreprise dédiée à la confection du chocolat, la success-story se poursuit pour Didier Smeets. Ce Fouronais de 25 ans se trouve en ce moment du côté de Milan où il représente les couleurs de la Belgique à l’Exposition Universelle 2015. 

    C’est avec une immense fierté que Didier Smeets nous a contactés depuis le nord de la péninsule italienne, le lieu où se tient, cette année, l’Exposition Universelle. « Je suis arrivé vendredi et je repars samedi prochain », indique-t-il au beau milieu du pavillon belge, l’endroit où se trouve actuellement son stand. « Ce sont les organisateurs qui m’ont demandé de venir afin que je présente au public mon chocolat. Depuis le lancement des hostilités, c’est de la pure folie ! Le pavillon noir-jaune-rouge est pris d’assaut par les touristes. J’en vois des centaines déferler devant mes diverses confections. Malgré la foule, la IMG_1001.JPGconvivialité est de mise et d’autres pays comme la Suisse n’hésitent pas à faire notre publicité ».

    Il faut dire que le thème de l’exposition universelle est consacré, cette année, à la nourriture. « La question posée est de savoir comment nourrir neuf milliards d’humains après-demain. Cette année, 96 pavillons, soit 96 pays, sont représentés. Il faut minimum trois jours pour tout visiter. Et tout goûter » !
    Le pavillon belge est donc l’un des endroits les plus prisés de l’Exposition. Son architecture particulière en bois est déjà très étonnante au moment de pénétrer IMG_0997 (1).JPGdans ces lieux... « Les visiteurs sont tous accueillis avec un spéculoos, Ensuite, ils passent par mon stand, visitent les innovations du pays, puis se retrouvent dans une grande bulle en verre où ils peuvent déguster une bière spéciale belge et prendre goût à notre gastronomie dans un restaurant mis à disposition à l’extérieur et comportant une immense terrasse. Les frites connaissent un énorme succès. Quant aux autres pavillons, il s’agit davantage de petits musées. Bref, ils ne proposent pas cette approche ultra conviviale ».
    Didier Smeets est évidemment heureux de faire partie de cet évènement de renommée internationale. « C’est une super expérience. J’ai la chance de représenter mon pays et l’un des plus beaux savoir-faire au monde. Par contre, les conditions de travail sont difficiles : le thermomètre affiche une température moyenne de 30 IMG_0989.JPGdegrés. Bref, réaliser des pièces montées en chocolat relève du défi ! J’ai par exemple mis sur pied une pièce d’un mètre, mais cette dernière a fondu. Une demi-heure plus tard, il ne restait plus rien de ma création ! Qu’à cela ne tienne, les visiteurs sont super contents de me voir. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à me poser des questions. Ca fait énormément plaisir de savoir que notre pays est connu dans le monde entier pour son Or Noir. De temps à autre, je trempe le spéculoos des visiteurs dans le chocolat. La conséquence de cet acte est incroyable : une file de 300 personnes se forment rapidement. Devant moi, je vois alors des centaines de visages souriants » ! 

  • Quentin Mosimann avec une boîte de chocolat de Didier Smeets

    mosiman.jpgPhoto pour le moins étonnante que celle postée sur Facebook par Didier Smeets, ce chocolatier de Fouron-le-Comte qui a remporté un prix lors du dernier salon du chocolat à Bruxelles au nez et à la barbe de monstres sacrés tels que Galler, Marcolini ou encore Darcis. On y voit Quentin Mosimann, un DJ mais également un chanteur révélé lors de la Star Academy sur TF1, avec une boîte de chocolats de ce jeune homme de 25 ans.

    «J’ai obtenu un partenariat avec l’émission de la RTBF «D6bels on stage»», narre Didier Smeets. «Cela signifie que j’offre un ballotin de pralines à chaque invité avant l’enregistrement des émissions. Une copine en a profité pour prendre Quentin en photo avec cette fameuse boîte. C’est génial car ça fait le buzz sur les réseaux sociaux».

  • Un jeune Fouronnais primé pour une praline très locale

    smeets, didier, chocolatDidier Smeets a fait sensation au salon du chocolat à Bruxelles. Le Fouronnais a remporté un award pour sa praline au caramel et au beurre salé du Pays de Herve. Et ce, au nez et à la barbe de monstres sacrés tels que Galler, Marcolini ou encore Darcis ! 

    Chaque année, le salon du chocolat regroupe la crème de la crème des chocolatiers. Cette année encore, le plus grand évènement mondial dédié aux plaisirs de la bouche était de retour à Bruxelles. Du 5 au 8 février, les meilleurs smeets, didier, chocolatproducteurs de la planète se sont réunis au Palais 1 à Brussels Expo. Et comme le talent n’attend pas, un jeune chocolatier a fait sensation. Il s’agit du Fouronnais Didier Smeets (25 ans). « Voilà un an et demi que j’ai lancé mon activité. Participer à cette grande messe, c’était un véritable rêve. Enfin, je pourrai dire que je l’ai fait. Et bien fait même ». En effet, Didier Smeets a tapé dans l’œil d’un jury composé de connaisseurs internationaux. « Il existe plusieurs concours. Mais tous ont pour but de décerner le prix de la meilleure praline. Et ce, dans diverses catégories. Les grandes entreprises comme Galler, Marcolini et Darcis n’hésitent pas à proposer plusieurs de leurs créations, ce qui augmente évidemment leurs chances de victoire. En effet, les retombées d’un éventuel succès sont tout bonnement énormes (plateau TV, passage à la radio, presse écrite…). Or, présenter une praline représente un investissement conséquent. J’ai néanmoins décidé de me prêter au jeu. Si ces smeets, didier, chocolatmonstres sacrés dévoilaient une dizaine de pralines, j’en ai lancé deux. Ce qui est déjà pas mal car ce salon est réservé aux grands noms de la chocolaterie. Quant à moi, j’étais le plus jeune des chocolatiers présents. Autant dire que j’avais peu de chances de m’imposer ». Rapidement, le Fouronnais a cependant compris que ses produits plaisaient au public. « L’engouement autour de mon stand était fantastique. Les curieux voulaient tester les préparations du plus jeune du salon. Quant à ma praline au caramel et au beurre salé ainsi que celle au vin Sainte-Luchaïre, un breuvage géré par des gens de la région, elles connaissaient un réel succès ». Ainsi, après délibération du jury, Didier Smeets a été appelé au micro devant une assemblée conséquente. « C’était comme si je participais aux Oscars du Chocolat ! Je n’en revenais pas lorsqu’on m’a annoncé que j’étais primé pour ma praline au caramel et au beurre salé du Pays de Herve. Oui, j’ai remporté un award ! C’est complètement dingue ». Et ce qui est encore plus fou, c’est ce qu’il est en train de vivre au quotidien depuis cette distinction. « Chaque jour, mon magasin attire de nombreux clients. Ces personnes effectuent parfois des dizaines de kilomètres en voiture pour venir goûter, puis acheter mes produits. Depuis mardi, c’est de la pure folie, mais c’est franchement génial ». 

  • Bernard Smeets à la recherche d’un nouveau défi

    bernard, smeets, footballCoup de tonnerre dans le microcosme bruxellois. Sept mois après son arrivée au White Star, Bernard Smeets a décidé de mettre les voiles. Voilà pourquoi il n’était pas présent jeudi dernier pour la reprise des entraînements. Nous avons évidemment contacté le Dalhemois. Ce dernier nous a répondu sans langue de bois et a souhaité faire passer un message : « Je suis à la recherche d’un nouveau défi. Si des personnes intéressées veulent me contacter, elles peuvent me téléphoner au 0477.23.50.61 ». Rappelons que Bernard Smeets a réalisé des passages remarquables et remarqués notamment dans des clubs tels le CS Visé ou encore…le Standard de Liège ! 

  • Un Dalhemois pour sauver Blegny ?

    bernard, smeets, blegny, standardLe départ de Philippe Derwa acté, le club de football de Blegny était à la recherche d’un entraîneur pour terminer la saison avec son équipe fanion. Contacté par Christian Stassart, le Dalhemois Bernard Smeets a accepté le poste, tout en sachant qu’il ne sera pas simple de permettre aux Miniers de se maintenir en Promotion vu leur position au classement (avant-dernier de la série D). Ce dimanche, les Blegnytois et leur nouvel entraîneur, vont voir, lors d’un derby face à Cité Sport (coup d’envoi à 15h), laminé dimanche dernier face à Sprimont (0-5), s’ils peuvent mettre à mal une équipe du top. Et par la même occasion, se lancer, qui sait, vers une fin de saison en boulet de canon. C’est tout ce qu’on souhaite à l’ancien préparateur physique du Standard.