sables

  • Le Dalhemois Philippe Maréchal a réussi l’exploit de terminer le Marathon des Sables

    marathon, sablesPhilippe Maréchal est aux anges. Le Dalhemois de souche a réussi à se dépasser afin de parcourir 244 km, répartis en six étapes dans le désert, en autosuffisance alimentaire. « Participer au Marathon des Sables, c’est une chose. Le terminer, c’en est une autre. Pour moi, c’est un rêve qui vient de se réaliser », explique-t-il avec beaucoup d’émotion. « En plus d’une aventure sportive, c’était une expérience humaine et un rapprochement total avec la nature. Etre privé de lit et d’électricité tout en gérant son eau et sa nourriture, c’était un défi quotidien. Sur les 1.044 participants, 900 ont rallié l’arrivée. L’élite du trail était évidemment présente. Mais pas uniquement. Il y avait des sportifs du monde entier. Sur le bivouac, on pouvait entendre une multitude de langues différentes ».

    marathon, sablesC’est avec six Belges que celui qui évoluait autrefois à l’Elan Dalhem s’endormait tous les soirs dans sa tente après l’étape du jour. « Il y avait cinq Wallons et un Flamand. L’ambiance était géniale même si, après chaque course, nous étions obligés de nous reposer. Nous étions très fiers de porter les couleurs de notre pays durant toute cette aventure dans le désert ».

    Des dunes, celui qui portait le dossard 309 en a escaladé des dizaines. « Lors de la première étape, il n’a fallu attendre que trois kilomètres avant de se retrouver au pied de la première difficulté. Optimiser ses appuis, tel était mon défi ainsi que celui de mon pote Nicolas. Nous avons parcouru toute l’épreuve ensemble. Dans marathon, sablesles moments difficiles, nous essayions de nous motiver mutuellement. Nous avons géré nos efforts en marchant beaucoup lors des premières étapes histoire d’être le plus en forme possible pour les épreuves les plus compliquées ».

    Après chaque course, les deux hommes envoyaient un email à l’aide d’un téléphone satellitaire afin de donner de leurs nouvelles à leurs amis et à leur famille. « Nous appelions également un numéro où notre conversation était enregistrée. Nous en profitions pour donner davantage de détails sur l’épreuve qui venait de se terminer. Cette conversation était disponible gratuitement sur un blog. De surcroît, nous avions une petite caméra que nous tenions à bout de bras afin d’enregistrer nos exploits ».

    Après six jours de course, Philippe Maréchal a enfin passé la ligne d’arrivée en marathon, sablescompagnie de Nicolas. « J’ai perdu cinq kilos. Mais c’était prévu, notre nourriture étant par exemple limitée à 2.500 kg/calories par jour. De plus, nous avons connu des températures de 48° et marché sur des sols différents (cailloux, sable, terre). A l’arrivée, nous avons pleuré de joie. Lorsqu’on nous a remis notre médaille, nous avons compris que nous venions de réussir un exploit de l’extrême. L’euphorie était absolue. Comme cadeau, nous avons pu assister à un concert d’une diva venue directement de Paris. Le show avait lieu en plein milieu du désert. C’était majestueux ». 

    La vidéo: http://www.dailymotion.com/video/x1so7lo_video-100-emotion-du-marathon-des-sables-2014-a-voir-absolument_sport