réfugié

  • Arnaud Dewez emmène un réfugié politique par ses propres moyens

    PB192683.JPGDalhem a accueilli un réfugié politique supplémentaire. C’est Arnaud Dewez, en personne, qui a amené cet Irakien à son nouveau domicile alors que ce dernier patientait, lundi soir, sous la pluie devant un arrêt de bus à Visé. En chemin, l’exilé a expliqué son parcours du combattant pour rejoindre la Basse-Meuse. Un voyage parsemé d’embûches qui a interpellé le bourgmestre. 

    Alors qu’il regardait calmement le gala des dix ans de La Tribune à la télévision, Arnaud Dewez a été contacté par Bernard Aussems, le président du CPAS à Visé. Ce dernier lui a annoncé qu’un réfugié politique irakien patientait sous la pluie à un arrêt de bus visétois dans le but de rejoindre Dalhem. « Une personne qui promenait son chien a repéré cet homme », narre avec précision le plus jeune maïeur de Wallonie. « Sur ses papiers, il a lu qu’il s’agissait d’un réfugié politique en provenance d’Irak qui devait se rendre à Dalhem. Il a alors appelé M. Aussems qui m’a téléphoné dans la foulée. J’ai ensuite contacté la présidente du CPAS à Dalhem qui m’a confirmé que nous attendions bel et bien un réfugié politique dans les prochains jours. Mais comme il n’existe aucun service de nuit, j’ai décidé de me rendre à Visé pour conduire moi-même cet Irakien à son nouveau domicile ».

    PB192684.JPGAinsi, sur le coup de 22h45, Arnaud Dewez s’est retrouvé avec un étranger qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam dans sa voiture. « J’en ai donc profité pour en savoir un peu plus sur lui. Ensemble, nous avons communiqué en anglais. C’est alors qu’il m’a expliqué son parcours afin de rejoindre la Belgique. Ce réfugié politique a quitté Bagdad où la guerre fait rage. Dans un premier temps, il a rejoint la Turquie. Puis il a pris un bateau jusqu’en Grèce. Or, ce dernier a échoué à une centaine de mètres de la côte. Comme il savait nager, il a effectué le reste du trajet à la force de ses bras et ses jambes. Ensuite, il a atterri dans d’autres pays comme la Serbie. Finalement, il est arrivé en vie en Belgique où on lui a annoncé qu’il allait devoir rejoindre Dalhem. Ce qu’il a fait, toujours pas ses propres moyens. J’ai donc eu la chance de clôturer ce formidable périple en sa compagnie ». 

    Pour l’instant, cet Irakien se repose à son nouveau domicile dalhemois. « En effet, une place était libre. Il l’occupe donc à présent en compagnie d’autres réfugiés politiques. Une assistante sociale est venue à sa rencontre ce mardi matin. Cet homme est très charmant. Nous allons évidemment tout mettre en œuvre pour l’aider à trouver un nouvel équilibre dans un environnement totalement différent ».