plan

  • 664.000 € de subsides liés au plan Cigogne pour nos voisins de Blegny

    plan, cigogne, blegnyBonne nouvelle pour les Blegnytois. Deux projets liés au plan Cigogne ont été retenus. 17 places d’accueil pour l’ARC services, soit un subside de 417.000 €, et 12 places d’accueil pour la commune de Blegny, soit un subside 247.000 €, vont être créées dans les mois à venir. 

    Lancé à l’été 2013 par la Région wallonne, Bruxelles et la Fédération Wallonie-Bruxelles, le plan Cigogne, qui est destiné à créer 12.337 places d’accueil subventionnées pour les 0-3 ans d’ici 2022, a du plomb dans l’aile. Concrètement, le volet destiné à la création de 5.200 crèches en Wallonie et à Bruxelles entre 2015 et 2018, un dossier qui a de nouveau été examiné par les différents gouvernements jeudi dernier, a donné lieu à une passe d’armes entre les deux Régions. En cause, les cas de Liège et du Hainaut. Néanmoins, il est possible de retirer quelques données positives relatives à ce plan Cigogne. C’est d’ailleurs le cas du côté de Blegny ! En effet, 17 places d’accueil vont être créées pour l’ARC services, cet organe présent dans divers secteurs socio-économiques qui contribue au développement solidaire de la personne, de la famille et de la communauté. Cela représente un subside de 417.000 euros. De surcroît, 12 places d’accueil seront créées pour la commune de Blegny en général. Cette fois, il s’agit d’un subside 247.000 euros. Ces informations exclusives rendent la situation un plus rose dans notre belle région. Alors que le plan Cigogne était supposé améliorer la situation, la Province de Liège, à l’image de celle du Hainaut, accumule un retard de 1.488 places en matière de création de places de crèche. À ce sujet, l’objectif du deuxième appel à projets est revu à la hausse et passe de 5.200 à 5.400 nouvelles places de crèches. Bruxelles aura finalement droit à 2.214 nouvelles places de crèches alors que le plan initial revu suite aux contraintes budgétaires en prévoyait 1.227. De l’autre cô- té, Liège et le Hainaut vont devoir se contenter respectivement de 923 et 924 places alors qu’elles auraient pu pré- tendre à beaucoup plus. Cette situation inquiète de nombreux ministres wallons qui craignent que le surplus wallon non consommé à Liège et en Hainaut en matière de nouvelles places puisse être utilisé pour financer les demandes des communes bruxelloises. Du côté de Blegny, on ne se préoccupe pas trop de cette situation. Les nouvelles sont, en effet, très positives.