monument

  • Centenaire du décès du créateur du chemin de fer au Congo

    P2163056.JPGLe Général Albert Thys est, sans conteste, la personnalité la plus illustre du terroir dalhemois. Sa réputation, associée à l’œuvre coloniale de Léopold II, a dépassé très largement nos frontières. De nombreux ouvrages lui ont d’ailleurs été consacrés ainsi qu’à son travail de pionnier du rail du Congo. Ce jeudi 19 février, les Dalhemois fêteront le centenaire de son décès.

    Albert Thys, voilà un nom qui vous dit nécessairement quelque chose si vous habitez à Dalhem. Né le 28 novembre 1849 en plein cœur de ce charmant village de Basse-Meuse, Thys était un Dalhemois pur jus. « Il devint attaché à la maison militaire du roi Léopold II. Rapidement, il obtint le poste d’adjoint au secrétariat de l'Association Internationale Africaine. En effet, il s’intéressa très vite aux affaires coloniales », explique Chrystel Blondeau dans son livre « Dalhem, à travers champs et rivières ».

    A partir de 1885, Thys projeta la construction de la première voie ferrée du Congo, un pays dont Stanley avait dit : « Sans le chemin de fer, le Congo ne vaut pas un penny ». Il dirigea la ligne ferroviaire (390 km), érigée de 1890 à 1898, qui reliait Matadi à Léopoldville.

    « Homme d’affaires exceptionnel, il favorisa la mise en valeur du Congo », reprend une dame qui travaille à l’administration communale de Dalhem depuis en 1983. « D’ailleurs, en 1899, Albert Thys fonda la banque d'Outremer pour promouvoir l'installation d'entreprises à l'étranger, surtout en Afrique. Cette banque fut absorbée par la Société Générale en 1928 ». En 1900, Albert Thys fit bâtir le "château Thys" sur la route de Bombaye. C'est là qu'il vécut avec sa famille. Il décéda le 10 février 1915 à Bruxelles.

    Une rue porte son nom à Dalhem. Au beau milieu de cette dernière, on retrouve l’ancienne maison (numéro 16) du docteur Jean Gérard Thys, père du Général Albert Thys. Et en face de cette demeure est élevé le mémorial d’Albert Thys, inauguré en 1948 à l’occasion d’importantes festivités marquant le 50e anniversaire de l’inauguration du chemin de fer au Congo.

    « En 1961, la famille Thys et l’administration communale de Dalhem décidèrent la création du musée communal Albert Thys. Installé dans les locaux de l’administration communale, rue

    Général Thys, ce musée reprenait différents éléments ayant fait sa réputation. En mars 1988 eut lieu la création et inauguration du tout nouveau musée Albert Thys dans le réfectoire du complexe scolaire, rue Lieutenant Pirard (numéro 5) ».

    Pour commémorer le 100e anniversaire de sa mort, une brève cérémonie sera organisée rue Général Thys, devant sa maison natale. Le public a ensuite rendez-vous à l’école communale de Dalhem pour la suite des « festivités ». Yannick Goebbels

    Planningde ce jeudi

    19h : dépôt de fleurs et discours du Bourgmestre Arnaud Dewez devant la maison natale d’Albert Thys, rue du Général Thys, en présence de quelques membres de la famille Thys, notamment Bernard Duwez ainsi que Marie D’Oultremont et son époux. Le buste du Général Thys est également situé à cet endroit.

    19h15-20h : le musée Thys sera ouvert au public dans les locaux de l’école communale de Dalhem, rue Lieutenant Pirard.

    20 : conférence de Georges Defauwes, toujours dans les locaux de l’école communale de Dalhem, sur le thème : « Le Général Thys, la personnalité la plus illustre du terroir dalhemois ».

    21h15 : verre de l’amitié.