mokiturn

  • Le Mokiturn débarque sur vos tablettes

    mokiturn photo.JPGSouvenez-vous : au début du mois d’avril, nous vous présentions le Mokiturn. « Il s’agit d’une grille de mots croisés dans laquelle les termes se lisent de gauche à droite dans des cercles concentriques et de l’extérieur vers l’intérieur selon les rayons successifs. Ces derniers ont également des terminaisons communes lorsqu’ils ils convergent vers le centre, c’est-à-dire quand les cases se dédoublent. Elément clé: le mot central qui n’a pas la moindre définition et qui n’est découvert qu’après avoir rempli toute la grille », explique Stéphane Drot, son créateur. 

    Bonne nouvelle pour le Dalhemois, « son bébé » est en cours de développement sous la forme d’une application qui sera bientôt disponible sur IPAD puis rapidement sur toutes les autres tablettes, avant évidemment de faire son apparition sur internet. « Il faut dire qu’il s’agit d’un jeu dynamique et ludique, au contraire des grilles habituelles de mots croisés ou fléchés. Pour ce genre de concept, le papier, c’est bien. Mais le numérique, c’est mieux. Cela permet aux amateurs de faire tourner la grille circulaire. Cet effet de mouvement donne un attrait supplémentaire au Mokiturn », précise le Wonckois de souche. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle ce nouveau venu sur le marché plaît aux amateurs du genre. A noter que pour donner un nouvel élan à son jeu, ce cruciverbiste reconverti en verbicruciste a fait appel à un autre Bassi-Mosan. En effet, le développeur Web est également Dalhemois. Il s’agit d’Alexandre Tromme.

  • Un Dalhemois a inventé les mots croisés du futur

    mokiturn, dalhemIngénieur agronome des eaux et forêts, le Dalhemois d’adoption Stéphane Drot est passionné par les jeux d’esprit (mots croisés, sudoku,…). Contraint à prendre une pause-carrière suite à un burnout, il a passé une bonne partie de ses 7 mois de repos à inventer un nouveau concept de jeu : le Mokiturn. Il s’agit d’une grille de mots croisés dans laquelle les mots se lisent de gauche à droite dans des cercles concentriques et de l’extérieur vers l’intérieur selon les rayons successifs. Ces derniers ont des terminaisons communes lorsqu’ils ils convergent vers le centre quand les cases se dédoublent.  « Après avoir choisi un nom de marque puis déposé un modèle européen du Mokiturn afin de protéger mon œuvre, j’ai contacté des revues spécialisées françaises », explique le Wonckois de souche âgé de 49 ans. « En effet, il n’existe pas de magazine de ce genre en Belgique. En vain. Je me suis aussi tourné vers Ciné Télé Revue. Et la réponse était cette fois positive ! Concrètement, on me proposait un essai, c’est-à-dire la publication d’une de mes grilles dans le magazine de cette semaine. Sur le site internet de l’hebdomadaire, une enquête est réalisée afin de recueillir l’avis des lecteurs concernant mon invention. J’attends les résultats avec impatience ». Car ce cruciverbiste reconverti en verbicruciste souhaite que ce hobby se transforme en activité professionnelle. Il a d’ailleurs des idées pour rendre ses créations encore plus attractives. « Le papier, c’est bien. Mais le numérique, c’est mieux. Cela permettrait aux amateurs de faire tourner la grille circulaire sur leur tablette. Cet effet de mouvement donnerait un attrait supplémentaire au Mokiturn ».