lestrat

  • Un voisin blegnytois marie deux passions: le cinéma et le Vovinam Viet Vo Dao

    lestrat,cinémaLe Vovinam Viet Vo Dao est un art martial Vietnamien peu connu en Belgique. Ce sport prône une harmonie entre la force et la souplesse du corps. Perry Vangoethem commence à pratiquer ce sport un peu par hasard, après avoir abandonné le football pour des raisons de santé. Il n’a que 16 ans quand sa mère l’inscrit à deux jours d’essais, «au début je ne voulais pas, mais après un quart d’heure, j’étais fan», avoue le jeune homme. Il se découvre une nouvelle passion. Aujourd’hui, du haut de sa ceinture jaune et de ses cinq années d’expérience, il se donne pour mission de promouvoir le Vovinam en Belgique. C’est ainsi qu’avec la complicité de quelques amis, Perry se lance dans la création de vidéos. Il ne s’agissait, au début, que de courtes scènes d’action très spectaculaires. Mais peu à peu le jeune homme se prend au jeu.

    Le jeune Blegnytois est autodidacte. «Ne connaissant rien au cinéma, je me suis dit autant contacter des gens qui s’y connaissent», confie Perry. C’est ainsi qu’il contacte sur les réseaux sociaux des dizaines de personnalités du 7ème art afin d’avoir leur avis. Certains lui répondent. Il rencontre même l’acteur Alaa Safi (Un prophète) à Paris. Ce dernier lui donne des conseils et réagit à son travail, quand il a le temps. Perry souligne qu’il dépend des critiques pour s’améliorer et concède «qu’il y a encore beaucoup à revoir, mais il y a une évolution depuis les premiers films». Avec son ami de toujours, Quentin, il décide de se lancer dans une nouvelle aventure et d’écrire un court-métrage de 45 minutes, avec une véritable histoire autour des scènes d’action. C’est Perry lui-même qui écrit le scénario du film «Entre deux feux». Ce projet d’une quarantaine de pages lui a pris beaucoup de temps, «rien que le tournage a pris une semaine». Pour ce projet, le jeune homme s’entoure d’amis qui ne sont pas acteurs mais combattants, car il est intransigeant quand il s’agit des scènes de combats.

    «Je me donne comme défis de corriger mes défauts et mes limites», déclare Perry.

    Pour cela, depuis septembre, le jeune homme prend des cours de théâtre à Blegny. Il passe aussi beaucoup de temps dans les salles de combat. En effet, il lui arrive de s’entraîner jusqu’à six heures par semaine. Mais le jeune homme très ambitieux ne s’arrête pas là, il a déjà commencé la réalisation d’un second court-métrage «Friendship», qui devrait bientôt sortir sur sa chaîne YouTube.

    Quant à son film «Entre deux feux», il a réussi à convaincre les responsables de la caserne de Sauvé à Blegny, il y sera donc projeté, le 3 mai. Perry et son ami Quentin ont aussi créé une association, qu’ils ont baptisé «Actiengage Entertainment». Cette association leur permettra d’être «reconnus en tant que groupe plutôt qu’en tant que personne», mais elle servira, surtout, à concrétiser leur plus gros projet à venir: la création d’une ASBL pour financer leurs films.

    Emilie Lestrat