image

  • Ce Dalhemois et ce Haccourtois ont révolutionné la communication visuelle

    photo netview 2.JPGLe Dalhemois Marc Schievekamp et son associé haccourtois Eric Badon ont lancé un projet révolutionnaire. En quelques mois de travail, ils sont parvenus à redynamiser de manière surprenante la communication visuelle sur écrans télévisés. Après avoir charmé la Basse-Meuse, ce projet devrait faire un tabac au Luxembourg. 

    Des images fixes défilant durant des heures sur des écrans télévisés dans des endroits publics, c’est fini ! Grâce au concept innovateur lancé par Marc Schievekamp et Eric Badon, place maintenant à un affichage dynamique. « Tout a commencé il y a quelques mois alors que nous étions attablés au Pam-Pam à Visé », narre le prolixe Dalhemois Marc Schievekamp. « Nous souhaitions utiliser un nouveau système permettant de tonifier l’affichage dans les endroits publics en utilisant des écrans télévisés. Concrètement, le concept que nous souhaitions installer permet de gérer le contenu de l’affichage en quelques clics. De surcroît, des mises à jour peuvent être réalisées en temps réel. Ainsi, les diffuseurs ne se retrouvent pas durant de longues heures avec des images similaires sur leur TV. En effet, ils peuvent tout aussi bien ajouter tant des vidéos que du contenu publicitaire ou informationnel à l’instar, par exemple, de la météo ».

    Si ce concept, dont le nom est ‘NETVIEW’, peut paraître compliqué et onéreux à la base, c’est finalement tout le contraire. « La plateforme est d’une simplicité incroyable. En quelques secondes, tout peut être modifié ! Quant au prix, il est photo netview.JPGdérisoire. Certes, il y a l’acquisition d’écran(s) télévisé(s). Mais par la suite, le diffuseur peut devenir annonceur. Ainsi, comme les points de diffusion ne cessent de se multiplier, notamment en Basse-Meuse, il peut envoyer des messages dans d’autres endroits de la région, sous réserve que les gérants de ces établissements acceptent évidemment. La possibilité d’un échange informationnel permet ainsi l’obtention d’un contenu accrocheur et très complet ».

    Le moins qu’on puisse écrire, c’est que la mayonnaise a pris en Basse-Meuse. « Le projet pilote concernait Visé. Nous avons d’ailleurs été soutenus par la Ville », explique à son tour le Haccourtois Eric Badon. « Ainsi, nous avons prospecté. Et maintenant, nous retrouvons notre concept dans des endroits tels que le Pam-Pam, la piscine de Visé, le salon Pablo Feguera’s, ou encore la Capitainerie et le hall omnisports. D’autres coins de Basse-Meuse se sont également lancés comme par exemple l’Intermarché à Warsage, l’administration communale à Dalhem, le centre de Promotion sociale à Blegny et le Square à Haccourt ».

    Outre d’autres contacts très avancés en Basse-Meuse, les deux associés pourraient également voir leur concept révolutionnaire débarquer dans la Province du Luxembourg. « En effet, nos rendez-vous se multiplient dans cette région », notent-ils avec joie. Comme quoi, certains projets émanant de Basse-Meuse, à l’instar de celui-ci, pourraient bientôt avoir un impact global sur la Belgique entière, voire également ailleurs…