dewez

  • Arnaud Dewez emmène un réfugié politique par ses propres moyens

    PB192683.JPGDalhem a accueilli un réfugié politique supplémentaire. C’est Arnaud Dewez, en personne, qui a amené cet Irakien à son nouveau domicile alors que ce dernier patientait, lundi soir, sous la pluie devant un arrêt de bus à Visé. En chemin, l’exilé a expliqué son parcours du combattant pour rejoindre la Basse-Meuse. Un voyage parsemé d’embûches qui a interpellé le bourgmestre. 

    Alors qu’il regardait calmement le gala des dix ans de La Tribune à la télévision, Arnaud Dewez a été contacté par Bernard Aussems, le président du CPAS à Visé. Ce dernier lui a annoncé qu’un réfugié politique irakien patientait sous la pluie à un arrêt de bus visétois dans le but de rejoindre Dalhem. « Une personne qui promenait son chien a repéré cet homme », narre avec précision le plus jeune maïeur de Wallonie. « Sur ses papiers, il a lu qu’il s’agissait d’un réfugié politique en provenance d’Irak qui devait se rendre à Dalhem. Il a alors appelé M. Aussems qui m’a téléphoné dans la foulée. J’ai ensuite contacté la présidente du CPAS à Dalhem qui m’a confirmé que nous attendions bel et bien un réfugié politique dans les prochains jours. Mais comme il n’existe aucun service de nuit, j’ai décidé de me rendre à Visé pour conduire moi-même cet Irakien à son nouveau domicile ».

    PB192684.JPGAinsi, sur le coup de 22h45, Arnaud Dewez s’est retrouvé avec un étranger qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam dans sa voiture. « J’en ai donc profité pour en savoir un peu plus sur lui. Ensemble, nous avons communiqué en anglais. C’est alors qu’il m’a expliqué son parcours afin de rejoindre la Belgique. Ce réfugié politique a quitté Bagdad où la guerre fait rage. Dans un premier temps, il a rejoint la Turquie. Puis il a pris un bateau jusqu’en Grèce. Or, ce dernier a échoué à une centaine de mètres de la côte. Comme il savait nager, il a effectué le reste du trajet à la force de ses bras et ses jambes. Ensuite, il a atterri dans d’autres pays comme la Serbie. Finalement, il est arrivé en vie en Belgique où on lui a annoncé qu’il allait devoir rejoindre Dalhem. Ce qu’il a fait, toujours pas ses propres moyens. J’ai donc eu la chance de clôturer ce formidable périple en sa compagnie ». 

    Pour l’instant, cet Irakien se repose à son nouveau domicile dalhemois. « En effet, une place était libre. Il l’occupe donc à présent en compagnie d’autres réfugiés politiques. Une assistante sociale est venue à sa rencontre ce mardi matin. Cet homme est très charmant. Nous allons évidemment tout mettre en œuvre pour l’aider à trouver un nouvel équilibre dans un environnement totalement différent ». 

  • Arnaud Dewez maculé de boue avec son équipe de foot

    de.jpgArnaud Dewez est un grand amateur de football. Supporter du Standard, il est aussi joueur à l’Étoile Dalhem. Avec la quatrième provinciale des Étoilés, il se déplaçait dimanche du côté de Cornesse. Rapidement, l’aire de jeu s’est transformée en champ de patates. C’est donc dans la gadoue que s’est disputée ce match. Ce qui n’a pas embêté le bourgmestre de Dalhem, souriant malgré ces conditions plutôt pénibles.

    À la fin de la partie, il a même pris une photo avec ses compatriotes de la défense. Sur celle-ci, on voit le maïeur maculé de boue. Une image étonnante pour ce jeune homme qui tombe rarement la chemise lors de rendez-vous officiels. «Pour la petite histoire, nous avons perdu 4-0», narre Dewez. «Cornesse est leader. Nous avions battu cette formation à l’aller, mais à 10 au coup d’envoi puis à 9 (exclusion), nous avons craqué».

  • Arnaud Dewez : « Je suis l’homme des surprises »

    arnaud, dewez, dalhem, électionsArnaud Dewez est sur un nuage. Un an et demi après être devenu bourgmestre de Dalhem, il a réalisé un score aussi remarquable qu’inattendu aux élections fédérales. Avant de prendre quelques jours de vacances bien mérités, le réformateur revient sur son succès grandissant.

    En se présentant aux élections fédérales, Arnaud Dewez a testé sa cote de popularité. Avec 9.515 voix de préférence, le plus jeune bourgmestre de Wallonie a provoqué un étonnant raz-de-marée. Il termine d’ailleurs sixième sur sa liste. Si le MR avait décroché un siège supplémentaire, le maïeur de Dalhem serait devenu député-bourgmestre. « Je ne m’attendais pas à recevoir autant de soutien de la part des électeurs », commente le jeune homme qui partira en Italie en début de semaine prochaine avec sa copine et des amis. « Secrètement, j’espérais atteindre 5.600 voix de préférence, soit environ le score de Marcel Neven lors de ses dernières élections fédérales. En avoir 4.000 de plus, c’est aussi surprenant qu’agréable. Après avoir créé la sensation lors des élections communales, je réédite une belle performance, mais cette fois au fédéral. Ne cherchez plus, je suis l’homme des surprises ».

    En voulant établir un classement ne tenant compte uniquement que du nombre de voix de préférence reçues par un Bassi-Mosan et ce pour l’ensemble des trois scrutins (les élections régionales, fédérales et européennes), on remarque qu’Arnaud Dewez occupe la seconde position. Seul l’intouchable Frédéric Daerden possède un meilleur bilan (30.484 voix de préférence).  Par contre, le Dalhemois devance largement des personnes bien plus expérimentées que lui comme le sont par exemple Gil Simon (7.546 voix de préférence), Mauro Lenzini (7.518 voix de préférence) ou encore son confrère réformateur Stéphane Kariger (4.294 voix de préférence). « A y regarder de plus près, on pourrait même considérer que je suis plus populaire que Daerden. Si on accumule le résultat de toutes les communes de Basse-Meuse, excepté celle de Herstal, je devance le socialiste. Daerden me bat juste grâce au score obtenu dans sa commune  »

    Plutôt que d’attraper la grosse tête, Arnaud Dewez tient néanmoins à conserver son calme naturel. « Mon succès, je le dois aux gens de ma commune (NDLR il a obtenu 1.474 voix de préférence à Dalhem, soit 1.070 de plus que Daniel Bacquelaine, le second classé) et de ses environs. Ce sont eux qui m’ont accompagné lors de ma campagne. Et ce sont eux qui ont voté massivement pour moi. Dans le pays de Herve, je suis toujours dans le top trois au nombre de voix de préférence et ce, quelle que soit la commune. Finalement, pour beaucoup de monde, terminer à un siège d’être député aurait été difficile à accepter. Pour moi, ce n’est pas le cas. C’est tout bon pour ma confiance et celle de mes proches. Et ça me permet d’avoir davantage de reconnaissance au sein de mon parti. Qui sait ? Lors du prochain scrutin, je serai peut-être mieux classé sur la liste de départ. Cette année, j’étais neuvième. Ca tombe bien, les gens souhaitaient quelque chose de neuf  ». 

    Ses perspectives d’avenir

    Arnaud Dewez a le moral au zénith. Les résultats des élections fédérales l’ont reboosté. « Mon score m’encourage à m’investir encore davantage en politique. Les électeurs m’ont soutenu afin que je devienne l’un de leurs relais. Ils comptent sur moi dès maintenant et lors des années à venir. Je suis passé du statut de jeune bourgmestre d’une petite commune à l’est de la Belgique au rang de sixième figure du MR en province de Liège ».

     

    Voilà qui lui ouvre de nombreuses perspectives d’avenir. « Lors du prochain scrutin communal tout d’abord, j’ai envie de confirmer mon maïorat. Lors des élections fédérales, un Dalhemois sur trois a voté pour moi. L’objectif n’est donc pas insurmontable. Mais pour faire encore davantage bouger les choses dans ma commune, posséder un député du coin ne pourrait avoir que des répercussions positives. Voilà pourquoi j’aimerais également me représenter au fédéral. Ensuite, si les électeurs continuent à me soutenir massivement, je poursuivrai ma carrière politique, quitte à mettre mon travail chez Browning de côté durant quelques années. En effet, je leur devrai bien ça ».

  • Le bal du bourgmestre : c’est ce samedi !

    bal, bourgmestre, arnaud, dewez, warsageVous l’attendez depuis longtemps. Après le succès de l’année dernière, Arnaud Dewez et son équipe ont mis les petits plats dans les grands pour organiser à nouveau une soirée qui s’annonce mémorable à la salle « L'Alliance » à Warsage. Il y a 365 jours, le bal du maïeur était « the place to be ». Cette année, cela devrait encore être le cas vu que le bourgmestre de Dalhem se présente aux prochaines élections fédérales. Mais ce chapitre politique, Arnaud Dewez n’a pas envie de le lier à sa soirée. Ce samedi soir, il souhaite simplement prendre une bonne dose de plaisir avec tous les Dalhemois.

    Programme: dès 20 h: le groupe "Banda Dixie Les Mercenaires" qui sera suivi à 23 h de Dj SERGIO. 

    P.A.F. 6€ afin de financer l'organisation d'une formation au brevet européen de premiers secours (encadrement sportif)

    Infos complémentaires: présence d’une cave à vin, d’un espace fumeur extérieur et couvert, sans oublier un vestiaire.

  • Le plus jeune bourgmestre de Wallonie se présente aux élections fédérales

    Aarnaud, dewez, élections, fédéralesrnaud Dewez surfe sur la vague du succès. Celui qui est devenu bourgmestre de Dalhem il y a un an et demi au terme de ses premières élections communales a décidé cette fois de se présenter sur la liste MR pour les élections fédérales à la Province. Sur le papier, le plus jeune maïeur de Wallonie a peu de chance de devenir député. En effet, Arnaud ne sera pas en tête de liste. En 2010, les Réformateurs élus étaient Didier Reynders, Catherine Jadin, Daniel Bacquelaine et Philippe Goffin, soit les quatre premiers classés sur la ligne de départ. Qu’à cela ne tienne, voilà un beau moyen pour le Dalhemois de jauger sa cote de popularité en dehors de sa commune. « J’ai créé la surprise à Dalhem. Pourquoi ne pas en faire de même à la Province », sourit le jeune homme de 28 ans. « Différents cadres du parti m’avaient demandé d’envoyer ma candidature afin de prendre part aux élections fédérales. Mais je ne voulais en aucun cas quitter mon poste de bourgmestre. Voilà pourquoi j’ai opté pour la liste à la Province. En effet, à la Région, il est interdit de cumuler les mandats ».

    Si Arnaud se lance dans cette nouvelle aventure, c’est avec un objectif précis. « Je souhaite mettre la jeunesse sur le devant de la scène. Ce n’est pas parce qu’on a peu d’expérience qu’on n’a pas le sens des responsabilités. L’avenir, ça se travaille. Personnellement, le contact avec autrui me permet de grandir ».  

    Le bal du bourgmestre de Dalhem le 15 mars prochain à Warsage lancera la campagne d’Arnaud. « Attention, je ne veux absolument pas que ce bal devienne un évènement politique. Ca doit rester une soirée festive. Mais il est clair qu’il risque d’y avoir du beau monde dans la salle ».