boston

  • Un Bassi-Mosan primé à Boston

    boston, viséSébastien Jodogne a créé un logiciel libre révolutionnaire. Depuis son lancement, cette innovation technique a été téléchargée par 10.000 personnes dans le monde entier. Un succès planétaire qui a valu au Visétois d’être primé du côté de Boston, aux Etats-Unis. 

    « Orthanc », voici le nom du logiciel qui fait à présent de Sébastien Jodogne un ingénieur de renommée mondiale. « Tout a commencé en 2011 », lance l’informaticien de formation. « A l’époque, je commençais à travailler dans la cellule de recherche et de développement du CHU au niveau de l’imagerie médicale. Il est d’ailleurs intéressant de rappeler que le Centre Hospitalier Universitaire possède le centre de radiothérapie le plus grand en Belgique. 26.000 nouveaux cas sont traités annuellement. Et 130.000 examens radiologiques sont réalisés chaque année, ce qui fait une moyenne d’un peu plus de 300 examens par jour. Bref, l’imagerie médicale est au centre des préoccupations. Les outils utilisés doivent toujours être à la pointe de la technologie. C’est dans cette lignée que s’inscrit ‘Orthanc’, ma dernière création ».

    Après trois ans de dur labeur, le Visétois a sorti ce fameux logiciel utilisé par le CHU, mais également par de nombreux autres centres hospitaliers au monde. « Depuis son lancement, je recense 10.000 téléchargements. Les Etats-Unis sont en pole position. Suivent d’autres nations comme la Chine, l’Inde ou encore le Brésil », ajoute le résident de Lixhe avant d’expliquer de manière plus claire l’intérêt d’« Orthanc ».« Pour éviter de rentrer dans une narration trop technique, je décris souvent ce logiciel en prenant une image de plomberie. Dans un hôpital, il y a un grand nombre de tuyaux qui relient les dispositifs d’imagerie. ‘Orthanc’ agit comme un vase d’expansion dans ce système complexe. Il permet de voir ce qui passe précisément dans ces tuyaux. De surcroît, il joue un rôle prépondérant au niveau du stockage de la matière. Que ce soit lors du transfert de données techniques ou lors de l’addition d’éléments nouveaux à un dossier bien précis. A noter que ce logiciel est libre, ce qui signifie qu’il est téléchargeable gratuitement comme le sont par exemple Firefox ou encore Chrome. Mais comme tout logiciel, il faut évidemment apprendre à le maîtriser, ce qui n’est pas donné à tout le monde ».

    « Orthanc » a tellement révolutionné le milieu de l’imagerie médicale que Sébastien Jodogne a été primé à Boston, aux USA. « Ma nomination, je la dois à un utilisateur à travers le monde. En effet, je n’ai pas postulé. Ensuite, c’est la Free Software Foundation, une fondation internationale qui promeut le logiciel libre, qui a décidé de m’octroyer, le 21 mars dernier, ‘l’Award for the advancement of free software’, soit le prix le plus important au niveau mondial pour ce type de création. J’étais aux anges. Un Visétois qui lance un programme wallon réputé dans le monde entier puis qui est primé pour son œuvre, cela n’arrive pas tous les jours ». 

    Son séjour à Boston : « Trois jours de pure folie aux Etats-Unis » 

    Son séjour à Boston, Sébastien Jodogne s’en souviendra toute sa vie. « « Avant de prendre l’avion en direction des Etats-Unis, je donnais une conférence en France du côté de Strasbourg », se remémore le Visétois de 35 ans. « Je suis arrivé sur place le samedi 21 mars vers 14h. Trois heures plus tard, j’étais sur scène, devant 400 personnes venues du monde entier, en train de recevoir mon prix ! J’ai alors fait un discours dans lequel je résumais l’aventure du logiciel primé puis ses perspectives d’avenir. A cela, j’ai ajouté le fait que je pense qu’il est nécessaire de bénéficier de davantage de logiciels libres dans les hôpitaux. Cela aiderait considérablement le travail des spécialistes. C’est donc un besoin sociétal que j’ai évoqué ». Le lendemain, l’ingénieur wallon a assisté à une conférence, toujours à Boston. « Et le lundi, je suis reparti. Autant dire que c’était un véritable marathon. Franchement, c’était trois jours de pure folie ».