blegny

  • Blegny: L’administration va-t-elle déménager?

    dsds.pngLa rumeur enfle depuis quelque temps à Blegny. L’administration communale pourrait déménager en 2018 ou en 2019 et retrouver le centre de la commune et plus précisément l’Espace Simone Veil. Le bourgmestre, Marc Bolland, nous confirme réfléchir sérieusement à la question.

    Lire la suite

  • De la lombriculture à la caserne de Saive (photos)

    lombrics 1.jpgUne expérimentation de lombriculture a débuté à la caserne de Saive dans un local prêté par l’administration communale de Blegny. L’élevage de vers prend place dans le cadre du projet VALORG, financé par la Commission européenne. Ce dernier s’intéresse au traitement et à la valorisation des déchets verts (jardins et agriculture) et des déchets organiques (épluchures, restes d’aliments, graisses…). « Ces lombrics ont un appétit féroce, ils sont capables d’ingérer l’équivalent de leur poids au quotidien », explique le Dalhemois Stéphane Drot. « L’expérience menée à Saive permettra de choisir pour eux la meilleure alimentation, c’est-à-dire les meilleurs  déchets organiques (végétaux, légumes, fruits…) afin de favoriser leur reproduction, mais aussi la fabrication d’un compost de grande qualité. Le résultat de leur digestion sera, en effet, utilisé comme amendement du lombrics 2.jpgsol par les particuliers et les professionnels. Les vers qui se reproduisent à une cadence extrêmement rapide  pourront aussi être vendus à des ménages soucieux de produire moins de déchets grâce au lombricompostage à domicile ou à des industriels pour la production de  lombricompost ». 

    Ce projet vise, à terme, la création d’emplois nouveaux dans le cadre, notamment, de la société coopérative à finalité sociale ECODIPAR. Il est mené conjointement en France, en Slovaquie, en Espagne ainsi qu’à Chypre  et il se décline en fonction des pratiques locales de valorisation des déchets (collecte sélective, tri, compostage, fabrication de bûches de chauffage, …). La recherche sera conclue  en avril  par un séminaire international dans les locaux de l’AIDE à Oupeye. 

    lombrics 3.jpg

  • Une fiesta ibérique de très haut vol

    fiesta.jpgLa péninsule ibérique est l’une des destinations les plus prisées au monde. Chaque été, de nombreux vacanciers prennent la direction de la pointe du sud-ouest de l’Europe pour profiter des bienfaits locaux. Ce week-end, on a retrouvé, du côté de Blegny, l’ambiance particulière qui règne dans cette région. En effet, « l’ibérica fiesta » était organisée de vendredi à dimanche soir sur le site de Blegny Mine. Sous un soleil de plomb, le succès était évidemment au rendez-vous.
    Le show le plus impressionnant était incontestablement le spectacle de chevaux. Il faut dire que ces derniers, en provenance d’Andalousie et du Portugal, ont réalisé des prouesses techniques devant un public conquis. Et lorsque ces animaux ne faisaient pas le show, des danseurs et des danseuses prenaient possession du podium et donnaient une véritable démonstration de Flamenco.
    fiesta2.jpgPour se sustenter, les visiteurs avaient le choix. Si les confréries du coin proposaient des mets bien connus chez nous, le village des saveurs ibériques était véritablement pris d’assaut. Il faut dire que les mets proposés étaient pour le moins succulents.
    « Je reprends le travail la semaine prochaine car je suis institutrice. Pour moi, cette manifestation était le meilleur moyen de terminer les vacances en beauté», expliquait une Blegnytoise sur le chemin du retour. « Tout était mis en place pour vivre une fin de semaine magique. Il y en avait pour tous les goûts ! C’était génial » !

  • Ils ne squattent plus les terrains de foot de Blegny!

    sqq.jpgIl y a plusieurs semaines, nous vous révélions que les dirigeants du club de football de Blegny en avaient ras-le-bol. Depuis pas mal de temps, une bande de footeux envahissait illégalement leurs deux petits terrains synthétiques afin de s’adonner à la pratique de ce sport. Le bourgmestre Marc Bolland avait même dû intervenir. «Il y a bien cinq mois que ça dure », narraient-ils. « Plus les jours avancent, plus ils sont nombreux à fouler illégalement nos deux petits terrains synthétiques situés à quelques mètres de l’entrée du site. Au début, ils n’étaient qu’une dizaine. Mais un jour, ils étaient bien une trentaine ! Bref, ils commencent à se donner le mot et ça devient vraiment très embarrassant». Ces déclarations, les dirigeants blegnytois les lançaient depuis plusieurs semaines. Tous cherchaient évidemment une solution. En vain. « Nous avons été leur demander gentiment de quitter les lieux, mais ça n’a pas fonctionné. Nous avons alors appelé la police. Évidemment, lorsque les policiers arrivent, ils ne sont plus là. Outre le fait d’abîmer nos deux terrains synthétiques, ils n’hésitent pas à enfreindre doublement la loi en sautant au-dessus des balustrades ou en passant en dessous des treillis. Le tout afin de péné- trer dans ce site. D’après quelques parents de jeunes Blegnytois, ils ne proviendraient même pas de la ré- gion. Certains ont en effet affirmé qu’ils arrivaient d’Angleur ou encore de Droixhe ». Mais depuis quelques jours, la donne a changé. « Depuis votre article, on ne les voit plus», constate Christian Stassart. « Le fait de passer dans ‘La Meuse’ les a probablement fait réfléchir. De surcroît, un panneau a été placé à l’entrée du site. Il précise qu’il s’agit de terrains privés et qu’il est nécessaire de posséder une autorisation écrite délivrée par le club afin de pouvoir fouler nos pelouses»

    La réaction du Bourgmestre

    "Si les "jeunes" ne viennent plus au foot de Blegny, c'est parce que je suis intervenu devant une quarantaine d'entre eux, rejoint ensuite par la police et que nous les avons fait évacuer de force, après constatation de l'ensemble des identités des contrevenants. Peut être préciser aussi que nous ne sommes pas opposés, si des jeunes de l'entité formulent des demandes, de trouver des solutions avec le club, évidemment dans des limites raisonnables et de bon sens".

  • Ils utilisent illégalement deux terrains synthétiques

    foot, blegnyLes dirigeants du club de football de Blegny en ont ras-le-bol. Depuis plusieurs mois, une bande de footeux envahissent illégalement leurs deux petits terrains synthétiques afin de s’adonner à la pratique de ce sport. Le bourgmestre Marc Bolland a même dû intervenir ! Mais cela ne modifie pas la donne… 

    « Il y a bien cinq mois que ça dure. Plus les jours avancent, plus ils sont nombreux à fouler illégalement nos deux petits terrains synthétiques situés à quelques mètres de l’entrée du site. Au début, ils n’étaient qu’une dizaine. Mais dimanche, ils étaient bien une trentaine ! Bref, ils commencent à se donner le mot et ça devient vraiment très embarrassant ». Ces déclarations, les dirigeants blegnytois les lancent depuis plusieurs semaines. Tous cherchent évidemment une solution. En vain. « Nous avons été leur demander gentiment de quitter les lieux, mais ça n’a pas fonctionné. Nous avons alors appelé la police. Evidemment, lorsque les policiers arrivent, ils ne sont plus là. Outre le fait d’abîmer nos deux terrains synthétiques, ils n’hésitent pas à enfreindre doublement la loi en sautant au-dessus des balustrades ou en passant en-dessous des treillis. Le tout afin de pénétrer dans ce site. D’après quelques parents de jeunes Blegnytois, ils ne proviendraient même pas de la région. Certains ont en effet affirmé qu’ils arrivaient d’Angleur ou encore de Droixhe ».

    Avertis, l’échevin des sports ainsi que le bourgmestre ont également tenté de régler ce souci à leur manière. Mais pour sa part, Marc Bolland s’est clairement fait refouler. « Ces personnes âgées entre 20 et 50 ans ont été désagréables envers moi et menteurs », narre avec beaucoup de franchise et d’honnêteté le maïeur. « Il est nécessaire d’avoir une autorisation pour utiliser ces terrains communaux. Ils disent en avoir une. Or, c’est faux ! De surcroît, ils m’ont dit que je ne disais pas la vérité lorsque j’ai annoncé que j’étais bourgmestre. Ce manque de respect, je ne le tolère pas. La police a donc reçu l’instruction de les verbaliser et de les exclure des lieux. Nous avons aussi relevé les plaques de voitures afin de tenter de savoir à qui nous avons à faire ».

    Evidemment, tout le monde espère que ce problème sera résolu « à l’amiable ». « Nous ne cherchons pas à entrer directement en conflit avec ces gens », reprennent les membres du comité blegnytois. « Ces terrains ne sont pas prévus pour une activité aussi intense et régulière. Le fait de jouer trop souvent dessus les abîme inévitablement. Quant à leur entretien, c’est également un petit budget. La situation est donc devenue problématique. Et elle le sera encore davantage à partir du lundi six juillet. De fait, un stage de football est organisé la semaine prochaine. Tous les terrains seront probablement réquisitionnés. Si ces footeux décident de venir à ce moment-là, que se passera-t-il » ? Pour Marc Bolland, la réponse est claire. « Les policiers interviendront directement en cas de problème ».