belleflamme

  • Serge Belleflamme, une fine gâchette

    belleflamme,serge, photographieDepuis qu’il a quitté la scène politique, Serge Belleflamme a davantage de temps pour s’adonner à ses passions. Féru de photographie et de nature, l’ancien président du parti dalhemois Renouveau n’hésite pas à publier de nombreux clichés sur son compte Facebook. 

    Au mois de novembre, Serge Belleflamme, ancien leader charismatique de l’opposition à Dalhem et candidat ayant reçu le plus grand nombre de voix de préférence lors des deux derniers scrutins communaux, mettait un terme à sa carrière de politicien. Histoire de se ressourcer, le docteur en médecine vétérinaire s’est encore davantage rapproché de la nature. Ses clichés publiés sur son compte Facebook l’attestent. « Je suis un belleflamme,serge, photographievéritable passionné de photographie », affirme le Dalhemois. « Mon premier appareil, je l’ai reçu à 12 ans pour ma communion solennelle. Rebelote pour ma confirmation à 18 ans, même si cette fois c’était un ustensile nettement plus performant. Je suis ensuite devenu président du laboratoire de photographie à Cureghem lors de mes études. A présent, j’ai toujours deux appareils sur moi. Mais lorsque je prévois d’aller réaliser quelques clichés à un endroit précis, j’emporte souvent une machine encore plus compétitive ».

    Sur Facebook, le vétérinaire publie au minimum une photo par jour. « J’avais belleflamme,serge, photographieremarqué l’intérêt de ce réseau social lorsque j’étais encore politicien. Je me suis alors demandé comment il était possible de le rendre encore plus intéressant. Voilà pourquoi j’ai décidé de publier quelques clichés. Ces derniers possèdent une caractéristique précise. Ils sont en rapport avec mon métier, liés au bien-être animal ou liés à l’environnement. Depuis que j’ai commencé à publier des photos, les gens en redemandent. Des anciens Dalhemois se rendent quotidiennement sur mon compte afin de se souvenir des années passées dans la région ».

    belleflamme,serge, photographieA l’aide de ses photos, Serge Belleflamme tient à délivrer un message. « Je veux sensibiliser les gens au fait qu’ils vivent dans un environnement magnifique, même s’ils n’en sont pas toujours conscients. La preuve : la plupart du temps, je me déplace dans un périmètre de 5 km pour réaliser mes clichés. Certes, il faut être à la bonne place au bon endroit. C’est vers 6h qu’on aperçoit le plus facilement des chevreuils ou encore au crépuscule qu’on voit le mieux les renards. Néanmoins, il suffit souvent d’ouvrir simplement les yeux pour remarquer qu’on vit dans une région superbe ».

    Histoire d’accrocher l’internaute, le Dalhemois possède différentes techniques. « Je belleflamme,serge, photographiecherche à réaliser des clichés émotionnels. Par exemple, une jument qui lèche son poulain, un oiseau avec une patte… Ce type de photos attire davantage le regard des gens. J’agrémente régulièrement mes clichés d’un commentaire doté d’une touche d’humour. Cela me permet de faire passer mon message à un public plus large ». 

    « La politique ne me manque vraiment pas »

    S’il se consacre davantage à la photographie, Serge Belleflamme garde un œil sur belleflamme,serge, photographiel’actualité politique et a un avis sur l’accord entre le PS et le cdH en Wallonie. « C’est choquant au vu des résultats des dernières élections. En jetant un coup d’œil dans le rétroviseur, on remarque que Renouveau a vécu une mésaventure encore plus hallucinante. Nous formions le parti le plus populaire à Dalhem et j’avais le plus grand nombre de voix de préférence. Mais cela n’a pas empêché les autres de nous mettre de côté ».

     Afin de solutionner le problème, le vétérinaire a une idée. « La politique ne me manque vraiment pas car il y a beaucoup de choses à changer. Un système proportionnel à deux tours pourrait solutionner une partie du problème. Ensuite, il faudrait obliger les élus à ne rester au pouvoir que 12 ans au maximum. Ca les obligerait à préparer la relève ».