volley - Page 2

  • Volley: Mortroux passe à côté de la montre en or

    vol.jpgLe week-end dernier, on ne jouait qu’en nationale puisque c’est la trêve en provinciales avant les playoffs. Résultat époustouflant des filles de Thimister qui, en gagnant contre Kalmhout, ont signé leur virtuel maintien en N1. Résultat mitigé par contre des hommes de Waremme en Liga puisque les Wawas n’ont arraché qu’un set à Menin, et qu’en même temps Gant gagnait contre Guibertin, condamnant les Wawas à la dernière place.

    En N1, Mortroux est passé à côté de la montre en or contre un rival direct, comme l’explique Marc Dufays : « Le gaspi continue… l’entraîneur et les supporters de l’Envol ont encore passé une soirée stressante suite à la prestation en montagnes russes de leurs protégés dans un match capital pour le maintien. On gagne 25-16 facilement ! Trop facilement puisque nous prenons un 3-11, que l’on mène néanmoins 24- 22 pour perdre finalement 27- 29…», explique Marc Dufays qui poursuit son récit : « On gagne le troisième 25-13 et on se croit parti pour un 3/1. Que nenni, Hemelveerdegem après 4 balles de set va conclure à nouveau sur le score de 27-29 ! On retrouve des situations similaires au match de Comines. Quand Mortroux doit conclure, c’est la panique. On n’ose plus jouer simple, lever les balles, attaquer proprement, croire en ses capacités. C’est psychologique et il manque un chef d’orchestre sur le terrain pour recadrer tout le monde devant ses responsabilités. »

    Alors qu’on pouvait s’attendre au pire, le cinquième set va être plus facile pour l’équipe locale. 15-9, comme quoi, quand Mortroux fait la différence dès le dé- but du set, cela se passe nettement mieux. En conclusion, L’Envol Mortroux a encore perdu un point ce dimanche. Le staff, la direction et les supporters du club restent dubitatifs. Il faut encore remarquer que Mortroux a un problème pour gérer la pression et manque de lucidité tactique dans ce genre de circonstances. « Bref, il y a encore du boulot… », conclut Marc Dufays, exigeant et lucide. 

  • Un tournoi de beach volley ce vendredi à Dalhem

    beach, volley, dalhem, mortroux

    Vous ne savez pas quoi faire ce vendredi 25 juillet ? N’hésitez plus, le beach volley de Mortroux est là pour vous ! Situé devant l’école communale de Dalhem, l'endroit est tout choisi : sable, jolies filles, beaux mecs, et rafraîchissements tels que la Despérados, le Mojito ou la Curtius. Tout sera prêt !

    Au programme de la journée : un tournoi inter-jeunesses (avec cadeaux bibitifs pour les gagnants), de la musique et de nombreuses animations. Inscription des jeunesses par MP avant le 23 juillet!

    Pour information, une équipe est composée de maximum 6 joueurs (4 joueurs sur le terrain dont une fille, c’est la règle). Mais vous pouvez évidemment composer une équipe uniquement féminine si le cœur vous en dit. A noter, l’inscription est de 10 euros par équipe.

  • Le VCA en fête pour ses trente ans

    vca, dalhem, volleyC’est ce samedi que les trente ans du VCA Dalhem, le club de volley du village, seront fêtés. Au programme dès 19h, un match entre les parents et les anciennes du club. Ensuite, place à un blind-test. Pour terminer la journée en beauté, le célèbre DJ Python vous fera danser jusqu’au bout de la nuit.

  • Volley : Mortroux en fête

    mortroux, volleySuper nouvelle pour le volley dalhemois. Herve-Mortroux a décroché sa montée en N1 en s’imposant samedi face à Tournai. Venu en masse et très en voix, le public a assisté à une rencontre débridée. Le succès, c’est au courage que les Dalhemois, très combatifs, ont été le chercher. On soulignera aussi l’importance de David Brozak, le coach des locaux, qui a sans cesse conseillé et motivé ses hommes histoire de les remettre sur le droit chemin : celui de la victoire. Pour Herve-Mortroux, invaincu à l’extérieur, cette montée est un énorme ouf de soulagement.

  • Coup de théâtre au VCA Dalhem

    vca, Dalhem« Chères joueuses, chers amis supporters, chers parents.

    Nous avons décidé, Patricia Clermont ainsi que Benjamin Rikir, de nous adresser à vous afin d'exprimer un ressenti bien trop difficile à garder pour nous.
    Il y a 30 ans, notre famille créait le club du VCA Dalhem. Depuis tout ce temps, le club a connu des hauts, des bas, mais a toujours continué d'exister grâce à des valeurs bien ancrées.
    Il y a un peu plus de 7 ans, après avoir essuyé de vives critiques, nous avions décidé de supprimer notre équipe de N2, car celle-ci ne correspondait plus à la philosophie de notre club, mais surtout elle ne se composait que d'individualités plus attirées par leur personne que par le bien général de l'ensemble des membres. Nous avons par la même occasion recommencé à prôner nos valeurs avec des personnes de l'entité. Après ce long chemin qui nous a permis de remonter de la P2 au niveau national, mais également après avoir plus que doublé le nombre de nos membres, nous pouvons être fiers du travail accompli. Notre club, où l'accueil est un des maîtres mots, a vu arriver un grand nombre de filles ayant soit arrêté un temps leur sport favori, ayant été frustrées dans un autre club ou ayant été priées de quitter une autre structure car il n'y avait pas de place pour elles. Toutes ces filles ont, nous pensons, été très bien intégrées, et chacune a pu être considérée comme membre à part entière du VCA Dalhem.

    Aujourd'hui, nous avons le sentiment que ces valeurs qui ont fait notre force pendant de nombreuses années commencent tout doucement à disparaître. Ce sport collectif par excellence devient de plus en plus individualiste, l'intérêt de l'individu prend de plus en plus la place du collectif. Certains de nos membres semblent oublier qu'un jour ils ont été accueillis par d'autres, que ces personnes les ont intégrées dans une grande famille. Dans la plupart de nos équipes, le mot volley ou équipières ne se résume pas à deux entrainements et un match par semaine, mais à bien d'autres choses encore.

    Il est désormais temps pour nous, Patricia et Benjamin, de faire un pas de côté vis à vis de notre club. Non pas de l'abandonner ou de le laisser livré à lui-même, mais de recentrer les choses avec du sang neuf et en responsabilisant chacun de nos membres. Nous avons déjà construit et reconstruit ce club avec des bases solides: VOUS !

    La critique est aisée, mais l'art est difficile! »

     

    Patricia et Benjamin