L’AIS cartonne à Herve, le bilan est satisfaisant à Visé mais ça ne prend pas à Dalhem et à Blegny

Le 3 septembre 2017, une nouvelle aventure débutait officiellement: les communes et les CPAS de Herve, Visé, Dalhem et Blegny s’associaient pour créer une agence immobilière sociale. Mieux connue sous le nom AIS du Pays de Herve, cette dernière a pour but d’améliorer l’offre de ces quatre communes présentant les mêmes caractéristiques sociologiques et disposant d’un paysage homogène (mi-rural, mi-urbain) en matière de logements (privés et publics) au bénéfice de leurs citoyens.

Voilà donc près d’un an que cette AIS est venue s’ajouter à la trentaine d’agences immobilières sociales déjà actives en région wallonne. Mais force est de constater que son succès est loin d’être homogène. «À ce jour, nous recensons 14 mandats de gestion», constate Éric Jérôme, le président de cette AIS. «Nous en avons 9 à Herve, 4 à Visé et 1 à Blegny. À Dalhem, le chiffre est donc de 0». Le constat est donc étonnant, même si le résultat global est loin d’être décevant. «La barre souhaitée après un an était située à 12,5 mandats», ajoute Bernard Aussems, le président du CPAS visétois. «Nous sommes donc dans les temps».

Reste à comprendre pourquoi la mayonnaise prend à Herve et pas en Basse-Meuse, hormis à Visé où le résultat est assez satisfaisant.

«C’est assez logique: à Herve, voilà pas mal de temps que nous parlons de cette AIS. Le discours est assez nouveau à Dalhem et à Blegny. De plus, dès que c’est possible, j’en fais la publicité à Herve. Et les gens ont compris que c’est une bonne alternative au logement social car nous luttons contre les bâtiments inoccupés», conclut Éric Jérôme.

Voici l’heure des permanences. Lundi de 8h30 à 11h30 à Visé, le deuxième mardi du mois de 8h30 à 11h30 à Dalhem, le jeudi de 8h30 à 11h30 à Herve, le vendredi de 8h30 à 11h30 à Blegny.

Les commentaires sont fermés.