Le match de la dernière chance pour le Coq Mosan

C’est le match de la dernière chance en rugby ! Une semaine après avoir brûlé un joker à Frameries, le Coq Mosan n’a plus droit à l’erreur, sous peine de rester une saison supplémentaire en Division 2.

« Nous avons perdu la finale du championnat, mais en cas d’exploit face à Boitsfort, l’avant-dernier de D1, ce dimanche dès 15h30 en barrage sur terrain neutre à Waterloo, nous pouvons encore arriver à nos fins, c’est-à-dire au sein de l’élite », affirme Frédéric Heynen, le président du club berneautois.

Une opposition plus solide


Afin de parfaitement rentrer dans ce match, il faudra tirer un trait sur la défaite douloureuse (16-13) de dimanche dernier. « C’est bien simple, nous sommes passés à trois centimètres de la montée », reprend Frédéric Heynen. « Nous avons disputé notre meilleur match de la saison. Nous avons dominé notre adversaire de la tête et des épaules. Mais nous avons oublié de concrétiser. Ainsi, nous avons loupé trois pénalités. Un tir a même fini sa course sur le poteau ! Qu’à cela ne tienne, nous sommes parvenus à mener au score. Et sans un moment de flottement sur une remise en jeu, nous aurions assurément gagné, même si nous n’étions pas obligés de nous imposer. En effet, un partage était suffisant pour monter. C’est râlant ! Mais cette déception doit faire place à de la détermination en vue du match de ce dimanche ».

De fait, l’espoir est toujours de mise, même si l’opposition s’annonce plus solide. « Le point positif, c’est que nous jouerons sans pression. Boitsfort a été champion en D1 il y a quelques années. Le fait de descendre dans l’antichambre de l’élite serait assez mal perçu là-bas. Quant à nous, nous pouvons créer un exploit. Pour y parvenir, nous travaillons sur le côté psychologique à l’entraînement, cette semaine. Il faut positiver malgré la triste fin de la rencontre de dimanche dernier ».

Un car pour les supporters


Quant aux supporters du Coq, ils seront fidèles au poste. « Il y aura un car pour eux. La semaine dernière, ils étaient 250 parmi un millier de spectateurs. Ce match était diffusé en direct sur une TV locale. C’est la preuve que le rugby devient de plus en plus populaire ».

Les commentaires sont fermés.