Deux nouveaux points ajoutés au Conseil communal à la demande de Renouveau

Le groupe Renouveau souhaite revoir le règlement d’octroi des primes de naissance à Dalhem. Ce point a d’ailleurs été ajouté à l’ordre du jour du prochain conseil communal, le 1er mars.

«Depuis plusieurs années, notre commune octroie des primes de naissance et d’adoption (50 euros) aux personnes qui voient arriver un enfant au sein de leur famille. Au vu de l’évolution de la société et des législations, nous pensons que ce règlement doit être revu », résume le Rénovateur Loïc Olivier.

« Voici notre proposition: un chèque cadeau est octroyé au père ou à la mère d’un enfant né ou adopté dans l’année qui précède la délivrance de la prime. Ce chèque est octroyé lors d’une cérémonie qui se déroule en compagnie des membres du collège et du conseil communal dans l’année qui suit la naissance ou l’arrivée de l’enfant. Lorsque ni la mère ni le père de l’enfant ne peut se rendre à la cérémonie, le chèque est envoyé par recommandé au bénéficiaire. Le montant du chèque reste de 50 euros sauf lorsque l’état de santé de l’enfant a nécessité une hospitalisation dépassant sept jours, lorsque la mère ou le père doit éduquer l’enfant seul ou lorsque l’enfant adopté est atteint d’une maladie grave ou d’un handicap. Dans ces cas, le montant passe à 100 euros. Le budget global proposé suite à cette mesure est de 7.000 euros », ajoute ce mouvement politique.


VISITES DOMICILIAIRES

Le leader de l’opposition demande au conseil de se positionner également par rapport aux visites domiciliaires, ce qui sera fait le 1er mars.

« De nombreuses communes ont déjà déposé une motion contre ce projet de loi qui autorise les visites domiciliaires en vue d’arrêter une personne en séjour illégal. Les différents avis émis jusqu’à présent considèrent que la loi offre déjà aux forces de sécurité tout le loisir d’intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l’ordre public. De plus, ce projet viole le droit au respect de la vie privée et le droit à l’inviolabilité du domicile. Il stigmatise les personnes en situation de séjour illégal en supprimant les droits de la défense les plus fondamentaux. De surcroît, ce projet de loi s’apparente à une forme de pression permanente et intimidante qui vise à dissuader et à criminaliser la solidarité. C’est pourquoi nous demandons à Dalhem de se déclarer ‘commune hors visites domiciliaires’ et donc de s’engager à ce que les policiers dalhemois n’aient jamais à perquisitionner chez des particuliers hébergeant des étrangers ».

Commentaires

  • En cas de questions, n'hésitez pas à nous contacter!

Les commentaires sont fermés.