De nouveaux emplois créés dans notre belle région (photos)

Il y avait du beau monde vendredi matin à la Caserne de Saive. Le ministre Marcourt avait même fait le déplacement. Non pas un, mais trois sites ont ainsi été inaugurés en grande pompe. Ces derniers ont tous un objectif commun : valoriser la pluralité d’une offre correspondant à une diversité de besoins économiques et territoriaux.

21 hectares de terrain ont été débloqués par la SPI sur les communes de Blegny, Soumagne et Fléron. « Ils permettront la création de nouveaux emplois sur ces nouvelles zones économiques », a annoncé Claudy Klenkenberg, président de l’agence de développement économique pour la province de Liège. Ces nouvelles disponibilités permettront ainsi à diverses PME de s’installer dans ces zones économiques sur le Plateau de Herve mais aussi en Basse-Meuse.

barchon.JPG

1 Parc d’activités économiques de Barchon-Tignée

Historiquement appelé zoning, cet espace de 15,7 hectares, situé sur les communes de Blegny et Soumagne, constitue un endroit important pour le déploiement de nombreuses activités dédiées aux entreprises artisanales, de distribution ou encore de recherches. Les secteurs concernés par les demandes au sein de ce parc sont diversifiés. Ils vont de l’automation industrielle à l’évènementiel en passant par le transport, la soudure, la réfrigération, les pompes à chaleur, la vente de gros, une centrale à béton… De surcroit, il est connecté à l’autoroute, ce qui constitue un atout indéniable pour les acteurs économiques. Mais cet espace affiche déjà complet. Il ne pourra donc pas accueillir d’entreprises polluantes. En tout, il devrait drainer 250 emplois.

retinne.jpg

2 Ilot d’entreprises de Retinne

L’îlot d’entreprises à Retinne, un espace de 5,27 hectares situé sur la commune de Fléron, est déjà réservé pour moitié. Il s’intègre dans un centre urbain et accueillera des PME dont l’activité est compatible avec la localisation des lieux. Un îlot de ce type est dès lors destiné à des entreprises compatibles avec l’habitat (production légère, transformation, entretien…). Les sociétés générant des nuisances (bruit, odeur, charroi) en sont exclues. Les valeurs de cet endroit sont d’ailleurs très claires : proximité, sécurité et développement durable. Quant à son objectif majeur, il est directement lié au fait de faire revenir des activités économiques au sein des centres urbains et des villages. Lancé dès 2008, le dossier lié à la construction de cet îlot a été repris en main en 2010. Chaque année, il a été amélioré. Quant au côté artisanal, il est sans cesse revenu sur la table lors des discussions à son sujet.

saive.JPG

  1. Caserne de Saive

A côté de ces deux zones économiques, la commune de Blegny développe, sur le site de l’ancienne caserne de Saive, un projet qui mixe le logement, les loisirs, la formation et l’économie. Quelque 60 entreprises y sont actuellement implantées. « Le Business Center, développé sur 2.000 m², est pour sa part proche de la saturation », avoue le bourgmestre Marc Bolland. « Ce site avait été mis en vente par la Défense nationale en 2010. Il a ensuite été racheté par la Commune pour la modique somme de 13,5 millions d’euros. Occupé rapidement pour éviter notamment les actes de vandalisme, il a sans cesse évolué. A tel point qu’il est devenu un élément important dans le développement économique et social de la Basse-Meuse ».

« Une cohérence de développement »

Jean-Claude Marcourt était présent vendredi matin à la Caserne de Saive pour cette triple inauguration. « Ce phénomène est assez rare », constatait d’emblée le vice-président du gouvernement wallon, ministre de l’Economie, de l’Industrie, de l’Innovation et du numérique. « D’habitude, chacun veut réaliser une inauguration sur son territoire. Mais cela prouve qu’il existe une réelle cohérence de développement », ajoutait le vice-président du gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et des médias. « Je félicite d’ailleurs les communes pour leur collaboration. Il s’agit en effet de projets complémentaires. En ce qui concerne la Caserne, la première fois que Marc Bolland m’a parlé de ce projet, j’ai directement pensé qu’il s’agissait d’une grosse somme d’argent. Mais nous ne pouvions pas laisser ce site devenir un chancre urbain. Nous avons donc pris le pas de profiter de ce qui était existant pour faire notamment du logement. Ensuite, nous sommes parvenus à obtenir une mixité essentielle (entreprises, services…). Je constate également qu’à Barchon-Tignée, il existe un réel équilibre entre le potentiel du site et le projet concocté. On peut ainsi clairement conclure en disant qu’il s’agit d’un développement harmonieux. La donne est d’ailleurs similaire du côté de Retinne ». A noter que le gouvernement wallon a également profité de cette occasion pour annoncer la création annuelle de 200 hectares de zones économiques en Wallonie. Un budget de 195 millions a d’ailleurs été libéré pour ce vaste projet dans le cadre du plan Marshal 4.0.

Les commentaires sont fermés.