• Le rendez-vous des nostalgiques des Bandas, c’est samedi

    bandas, dalhemIl y a neuf ans, plusieurs centaines de festivaliers déambulaient dans la rue du Général Thys ainsi que dans la rue Fernand Henrotaux à pareille époque. Dalhem était devenu, le temps d’un week-end, le temple de la fiesta. De nombreux groupes s’étaient ainsi déplacés de France, d’Espagne, des Pays-Bas ou encore de Martinique afin de permettre aux Bandas de vivre une dernière édition hors du commun. Car depuis 2006, ce festival international fait partie de l’histoire ancienne. Pourtant, les amateurs de ce style de musique pour le moins jovial et festif se comptent toujours par centaines. Ces nostalgiques ont d’ailleurs rendez-vous ce samedi dans la prairie des vachettes, cet endroit où étaient organisées durant plusieurs années des courses landaises. En effet, une soirée en souvenir de ce qui faisait la fierté de la Commune est organisée à partir de 20h. Le public devrait à nouveau débarquer en masse car l’entrée sera gratuite tout au long de la soirée. Cette fois, les fêtards auront l’opportunité de ne pas entendre seulement un groupe, mais bien deux ! En effet, le Delirium Tremens Band de Dalhem ne sera plus seul à mettre le feu à la prairie. Le Houm Papa Band de Visé sera également présent. Bref, l’ambiance Bandas ne quittera pas Dalhem avant tard dans la nuit. Puis il sera déjà temps de refermer ce neuvième chapitre, « en espérant que le festival reprenne vie un jour », commentent certains amoureux de Bandas, avides de revoir des groupes de musique monter la Vieille Ville en jouant leurs productions personnelles... 

  • Succès de foule, malgré la pluie, au Beach Volley de Dalhem

    b 1.JPGChaque année, le Beach Volley de Dalhem attire un public nombreux. Pour l’édition 2015, les participants se comptaient à nouveau par dizaines. Ils sont d’ailleurs plus de 200 à avoir marché sur le sable, en face de l’école communale de Dalhem, tout au long du week-end. Il faut dire que les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands. Plusieurs DJ’s ont d’ailleurs mixé durant les trois jours.

    Bref, malgré un temps maussade, surtout le samedi, le succès de foule était encore au rendez-vous. «Pourtant, lorsqu’on a quitté notre tente samedi matin, ce n’était pas glorieux», avouaient, samedi en début d’après-midi, deux participants, toujours un b2.JPGpeu fatigués après la soirée très festive d’ouverture. «Il pleuvait, il y avait du vent… Bref, les conditions étaient déplorables pour un tel tournoi. Mais nous sommes venus pour jouer et nous amuser. Bref, nous avons bravé le froid. Et nous avons bien fait! Une fois de plus, on peut affirmer que c’était un super événement». 

    Quelques curieux avaient également effectué le déplacement. Tout comme plusieurs familles, heureuses de permettre à leur enfant de profiter de sable blanc à deux pas de leur domicile.

  • Le nouveau night shop de Blegny fait polémique

    paki.JPGOuvert il y a quelques semaines, le nouveau night shop de Blegny ne fait pas que des heureux. La majeure partie des voisins s’en plaignent. Quant au bourgmestre local Marc Bolland, il précise qu’une règlementation très pointue a déjà été créée à ce sujet. 

    Vous avez une petite faim ou une légère soif en soirée et toutes les grandes surfaces sont fermées. La solution la plus simple est de vous rendre dans le night shop le plus proche. A ce sujet, un nouvel établissement de ce type vient d’ouvrir à proximité de l’hyper-centre de Blegny. Mais ce dernier ne possède pas que des partisans. « A présent, nous avons peur de nous promener dans ce beau village après 22h », narre un voisin extrêmement critique envers l’ouverture de ce commerce. « Je vois régulièrement des jeunes se parquer sur le trottoir, devant l’arrêt de bus du coin, voire au début de l’entrée du garage située en face du night shop. Bref, ils trouvent une place n’importe où, sans respecter la loi et les règles de sécurité », reprend un autre voisin. « De surcroît, le gérant place une table avec des chaises et un parasol devant son commerce lorsque la nuit tombe. Les jeunes restent alors là-bas, plutôt que de rentrer directement chez eux. Et ils font beaucoup de bruit : ça s’appelle clairement du tapage nocturne », ajoute un homme assez remonté avec désappointement. « Surtout qu’ils n’hésitent pas à mettre la radio de leur voiture à fond. Mon gosse est parfois réveillé par ce vacarme. Si j’ai quitté la ville pour rejoindre la ‘semi-campagne’, ce n’est pas pour me retrouver dans un endroit encore plus bruyant », conclut une mère de famille.

    bolland.jpgPour sa part, Marc Bolland n’est pas défavorable au projet global. Le Bourgmestre de Blegny tient d’ailleurs à nous offrir quelques précisions sur ce dossier. « Il y a quelques années, de nombreux night shop ont fleuri, notamment en Basse-Meuse. A l’époque, il n’y avait aucun règlement à ce sujet. Ce n’est plus le cas maintenant ! A Blegny, nous possédons une particularité: nous acceptons uniquement les commerces que nous voulons bien. En termes de night shop, il en existait un à Barchon, mais ce dernier a

    fermé il y a quelques semaines. Nous avons alors reçu une demande d’une personne souhaitant ouvrir un nouveau commerce de ce type. Nous avons répondu en précisant quelques données pointues : interdiction d’ouvrir 24 heures sur 24, de distribuer certains produits, d’être situé trop prêt d’un établissement scolaire… Elle nous a proposé un endroit dans le centre de Blegny, mais nous avons refusé vu sa situation géographique trop centrale. Le dossier a avancé et l’établissement a pris place devant le Club Bleu, ce café blegnytois qui ouvre aussi régulièrement en soirée. De surcroît, l’exploitant de ce nouveau commerce est un Blegnytois pur jus. Ca va donc de pair avec notre souhait d’aider les locaux lorsqu’on en a la possibilité. Voilà maintenant quelques semaines que ce commerce est ouvert. Il a reçu une autorisation de fonctionner durant un an, à moins d’un éventuel non-respect du règlement. Un règlement qui a d’ailleurs été voté à l’unanimité au Conseil Communal ».

    La réaction du gérant 

    Affecté par la virulence des propos tenus par plusieurs voisins de son nouveau night shop, Mus a tenu à réagir. Car l’objectif du gérant blegnytois n’est pas d’ouvrir son commerce toute la nuit, mais bien d’offrirnight,shop un service à la population locale en lui faisant profiter d’un magasin de dépannage en soirée.

    La principale remarque concerne le bruit. Certains se plaignent même de tapage nocturne! «Il s’agit d’un commerce de passage», précise Mus. «Les clients s’arrêtent et viennent chercher ce dont ils ont besoin. Certes, quelques personnes boivent parfois leur canette devant l’établissement. Mais jamais sans abuser! 

    Quant aux critiques concernant la terrasse, il faut savoir que j’ai reçu deux parasols avec mon frigo. J’ai décidé de les sortir pour leurs couleurs flash, histoire de me faire connaître. Mais je n’ai plus besoin de cela! Bref, j’ai rentré tout ce matériel! Est-ce le bruit du moteur des voitures qui dérange? Si oui, je ne vois pas la différence entre le café voisin (NDLR le Club Bleu) et mon commerce. Surtout que je n’ouvre pas toute la nuit»…

    Certains voisins en ont ras-le-bol de voir des voitures garées sur le trottoir, devant un arrêt de bus, dans les entrées de garage… «Certes, certains clients se parquent juste devant l’établissement, mais pas tous», reprend Mus. 

    «J’ai la chance de pouvoir bénéficier d’un parking d’une dizaine de places à côté du night shop. Bref, c’est l’endroit privilégié par la majeure partie de mes clients lorsqu’ils souhaitent débarquer dans mon établissement».

    La critique qui énerve le plus le gérant de ce nouveau commerce blegnytois concerne le non respect des horaires. «J’ouvre de 18h à 24h de manière quotidienne et de 18h à 2h du matin le week-end et les veilles de jours fériés», narre-t-il en regardant sa montre. «Je respecte scrupuleusement ces horaires. Il y a un règlement et j’y tiens. Même lors de la fête à Blegny, je n’ai pas ouvert plus tard».

  • L'Elan Dalhem s'incline avec les honneurs à Fourons

    fou.pngPour son premier match de préparation de la saison, l'Elan Dalhem n'a pas démérité. Les Rouges et Jaunes, qui espèrent évidemment retrouver le plus vite possible la troisième provinciale tout en ne faisant pas d'excès, n'ont pas réussi à s'imposer à Fourons. Ils se sont même inclinés sur le score de 2-1.

    Mais vu le visage affiché par certains et la suite de la préparation concoctée par le nouvel entraîneur local, il est fort à parier que les Dalhemois monteront encore en régime dans les jours à venir.

  • Josiane Scalco décède lors d’une sortie de route à Dalhem

    sqq.pngUn dramatique accident s’est produit dimanche après-midi dans le petit village de Feneur. Josiane Scalco, la conductrice, a violemment percuté un pylône électrique. La sexagénaire, domiciliée non loin des lieux du crash, est décédée.

    Selon les premiers éléments recueillis sur place, il semblerait que la sexagénaire ait été victime d’un malaise qui pourrait ainsi expliquer la perte de contrôle brutale du véhicule qu’elle conduisait.