• Electrochoc, c'est ce jeudi: toutes les informations pratiques!

    électrochoc, soirée, dalhem, fiesta, berneau

    Electrochoc est une soirée qui porte bien son nom. Vous aurez droit, ce soir, à la salle 'La longue vue' à Berneau, un choc de différents sons électroniques. Les amateurs du genre apprécieront car l'ambiance est, de surcroît, chaque année conviviale.

    A noter qu'au programme, vous retrouverez de nombreux jeunes DJ's de la région. Voici le line-up de cette fiesta:

    * 22h00 - 00h00 * : IRON WELDERZ - Electro
    ( Iron Welderz )
    * 00h00 - 01h00 * : GONZA - Electro
    ( Kev Gonzalez Deejay Gonza )
    * 01h00 - 02h00 * : ABLAZE - Hardstyle
    ( Ablaze )
    * 02h00 - 03h00 * : RABZ - Drum' n' Bass
    ( Laurent Rabz Hendrick )
    * 03h00 - 04h30 * : THE MADZFRIENDZ - Deep house / G house
    ( The Madzfriendz )

    Entrée: 6€
    Boissons : 1,50 €
    ( pour toutes entrées payées AVANT 23h30, 1 nouveau gobelet "ElectroChoc!" + 1 Ticket boisson offerts !!!!!!! )

  • DJ Boss sort sa seconde compil

    boss photo.JPGA 39 ans, Jean-Pascal Broers, alias DJ Boss, est dans la force de l’âge. Avec plusieurs potes disc jockeys, il vient d’ailleurs de sortir une seconde compilation. Et vu le nombre de photos postées sur les réseaux sociaux à ce sujet, il en est plutôt fier. « Sur la première compil, on retrouvait plusieurs morceaux de Joss Mendosah. Ici, la formule est différente », narre le Visétois, un CD  à la main. « Le concept n’est autre que ‘Club and Dance’. Il y a donc moins de chansons à texte. Concrètement, il s’agit d’une compilation sur laquelle on retrouve des productions de DJ’s plus ou moins connus. Mon objectif était surtout de mettre des talents belges en vitrine. Je me suis dit que ce serait également sympa d’insérer un titre de Jay Style, ce DJ français qui ne cesse de monter. Au final, le mélange est nettement plus éclectique que ce qu’on pouvait retrouver sur la première compilation. J’ai voulu une plus grande ouverture et je suis très content du résultat ».

    Pour la sortie de cette seconde compil, DJ Boss n’a pas fait les choses à moitié. Car une tournée de promotion est également prévue. Pour le plus grand bonheur de tous les clubbers de la région… « Nous souhaitions importer ce CD un peu partout en Belgique, mais également à l’étranger. Nous débuterons cette grande fiesta ce samedi à la discothèque ‘le Graffiti’ à Lontzen. Puis nous avons rendez-vous le samedi suivant à Eben-Emael. Mais le summum, ce sera notre voyage, du 4 au 13 septembre, à Lloret de Mar, une commune où la fête ne s’arrête jamais. Au programme : une semaine de folie, en collaboration avec les voyages Léonard, avec trois soirées spéciales ‘Club and Dance’ en compagnie des meilleurs DJ’s au monde. Ce sera énorme ».

  • Un joueur de l'Etoile aurait pu signer à Arsenal ou à la Juventus

    IMG_3604.JPGL’ancien Spadois Frédéric Bosak a réalisé un parcours pour le moins atypique. L’international espoir français était pisté par des formations telles que Lille, Lens, la Juventus ou encore Arsenal, mais un tacle de Yohan Cabaye a modifié la trajectoire de sa carrière. A présent, c’est à l’Etoile Dalhem (P3 ou P4) que l’ancien attaquant des Bobelins démontre qu’il a toujours de beaux restes. 

    A l’instar de Pascal Scimè, qui a rencontré Bosak pour le douzième épisode de sa chronique « Trajectoires » sur la RTBF, nous avons contacté l’avant-centre dalhemois. Sans langue de bois, ce dernier est revenu sur les évènements marquants de sa folle carrière. « Tout a commencé au tournoi Edhem Sljivo », narre-t-il avec pas mal d’émotion. « Nous avions perdu la finale, mais j’étais parvenu à me mettre en évidence. Ainsi, des recruteurs m’ont proposé un test au Standard. Visiblement, j’avais convaincu Alex Czerniatynski, malgré un premier entraînement moyen, car j’ai signé chez les Rouches à l’âge de 14 ans ».

    Pour sa demi-sœur, qui a consenti d’énormes efforts afin de le soutenir suite aux décès de ses parents (son père alors qu’il avait six ans, sa mère deux ans plus tard), c’était une énorme fierté. « Au Standard, c’était très dur. J’ai côtoyé Werner, Mulemo, Chadli, Carcela, Mpoku ou encore Bailly. Moi qui venais de Visé, j’avais pas mal de difficultés à suivre le rythme. Ensuite, alors que la fédération noire-jaune-rouge tentait de me convaincre, moi qui n’étais pas belge (NDLR il est né au Congo. Son père était français, sa mère congolaise), j’ai eu la chance de faire souffrir des joueurs hors-norme à l’instar de Vincent Kompany. Déjà à l’époque, tout le monde savait qu’il parviendrait à percer ».

    Mais l’équipe nationale française était également au taquet. « A 16 ans, j’ai été convoqué à un stage de dix jours à Clairefontaine. Grâce à Pierre Mankowski, j’ai su m’intégrer aux côtés d’éléments comme Gourcuff ou Lloris. L’influence de Zidane, qui a su trouver les mots justes, était également capitale dans ma post-formation ».

    C’est alors que les ennuis ont débuté. « J’ai été prêté à La Louvière avant d’être repris pour disputer le tournoi de Toulon avec la France. Là-bas, j’ai été violemment taclé par Yohan Cabaye la veille du début de la compétition. J’ai alors souffert d’une entorse de la cheville. Le tout, alors que Lille, Lens, la Juventus ou encore Arsenal s’étaient déplacés pour moi ! Bref, je n’ai jamais pu montrer de quel bois je me chauffais. Quant à l’aventure louviéroise, c’était de la folie. Tout était truqué. J’ai été témoin de menaces téléphoniques sur le staff ou le coach. Parfois, les chèques que nous recevions en retard étaient refusés à la banque. De nombreuses personnes n’ont toujours pas été punies à l’heure actuelle. Elles sont passées entre les mailles du filet ».

    Bosak a également été en justice suite à un bras de fer entre les Loups et les Rouches, lui qui appartenait toujours au Standard et où Michel Preud’homme souhaitait son retour. Mais il lui restait un an de contrat à La Louvière… « J’ai gagné ce procès, mais j’ai dû rester six mois sans jouer. Puis Pierre François a tenté de m’avoir en me proposant un contrat trop faiblard. Or, comme j’avais peu joué, si je quittais les Rouches pour une autre formation de l’élite, le club acquéreur devait reverser 250.000€ au Standard. Bref, je suis revenu à Visé (D3). Là-bas, je me suis blessé lors du dernier entraînement, ce qui a fait capoter mon transfert à Mouscron. Puis j’ai débarqué à Spa avant de signer en D2 grecque à Kavala. Mais là aussi, j’ai rencontré un président qui vendait des matches », conclut un homme qui a fait son retour à Visé pour remplacer Harbaoui. « José Riga me voulait absolument, mais j’ai subi une rupture du tendon d’Achille et depuis lors, j’ai eu des difficultés à retrouver la forme. Et ce, malgré une dernière tentative à un haut niveau à l’Union Saint-Gilloise où j’ai été au clash avec Dante Brogno car il ne me faisait pas jouer à mon poste de prédilection. Ensuite, il m’a fait une mauvaise publicité ».

  • Dalhem: un DJ victime d'un crash en rentrant de soirée

    524219_10204814437993810_4789223109150156966_n.jpgDécidément, le premier lacet à Mortroux, en direction de Dalhem, fait des ravages. Après la mort de Maxime Herman en janvier dernier, c’est Cyril Detrixhe, alias DJ Mimo, qui a été victime d’un grave accident à cet endroit-là. 

    Il était 7 heures du matin, ce samedi, lorsque DJ Mimo quittait une soirée à Dalhem. Après avoir mis le feu à cette soirée, grâce notamment à un set pour le moins éclectique, Cyril Detrixhe s’est dirigé, au volant de sa Renault Twingo, vers le centre de Dalhem. Mais, alors qu’il entamait les lacets de la rue de Val-Dieu, sa voiture a effectué une terrible sortie de route. Finalement, cette dernière a terminé sa course dans le fossé. Après avoir été désincarcérée, la victime, grièvement blessée, a été prise en charge par l’ambulance de la Croix-Rouge.

    Cyril Detrixhe n’étant pas joignable par GSM, c’est Dominique Budin qui a donné les premières informations au sujet de l’état de Mimo. «Je reviens de l’hôpital. Mimo va relativement bien… Il a subi une intervention à la rate. L’opération s’est bien déroulée. De même pour l’intervention au fémur. Il a également deux ou trois côtes cassées. Il se trouve toujours aux soins intensifs de l’hôpital Saint-Joseph. Les visites ne sont pas permises pour le moment. Je vous tiendrai au courant en temps voulu. Cyril remet le bonjour à tout le monde», écrivait-il, samedi après-midi, sur Facebook.

    Plus d'informations dans nos éditions de ce lundi 27 avril.

  • Un rallye des saveurs ce dimanche

    saveurs.jpgLa JCI Basse-Meuse vous invite à un rallye des saveurs ce dimanche 26 avril 2015. Départs à partir du Château d'Oupeye entre 9h30 et 13h30.

    Venez découvrir 5 étapes gastronomiques en Basse-Meuse :
    - L'Atelier de Pierre (ex-Boulangerie Hardy, Hermalle-sous-Argenteau)
    - Au rythme des saisons (Houtain-Saint-Siméon)
    - La ferme d'Artagnan (Haccourt)
    - Crèmerie Saint-Siméon (Houtain-Saint-Siméon)
    - Chocolaterie Didier Smeets (Fouron-le-Comte)

    Attention, les réservations sont obligatoires.