• Les beloteurs ont rendez-vous à Thimister

    belote, thimisterDe nombreux Dalhemois sont passionnés par les jeux de cartes. Et plus précisément par la belote. La preuve, les tournois organisés dans la région attirent régulièrement un public nombreux. Ce vendredi 31 janvier, les beloteurs ont rendez-vous au Cercle familial de Thimister afin d’y disputer un tournoi sans annonce aussi sympathique qu’intéressant. Outre l’inscription qui n’est vraiment pas chère (15 euros par équipe de deux, une boisson gratuite comprise dans le prix), le fait de retrouver de nombreux lots et des boissons telles que la soupe à l’oignon donne à cette soirée un attrait supplémentaire.  

  • Les politiciens sont contre la légalisation du cannabis, et vous?

    drogue, cannabis, légalisationLes Dalhemois sont encore sous le choc. La saisie des 817 plants de cannabis la semaine dernière à Warsage provoque l’émoi dans l’entité. Et ce n’est pas la sortie de la section nationale des jeunes MR, favorables à la légalisation de cette drogue, qui a calmé le jeu. Loin de là même ! 

    Que ce soit dans les cafés, autour des terrains de football ou dans les nombreux commerces de Dalhem et ses alentours, le sujet de conversation du moment tourne autour du cannabis. La saisie des 817 plants mardi dernier dans une habitation Clos du Trou Renard à Warsage n’est pas passée inaperçue. Situé entre Bombaye et Warsage, le nouveau lotissement, établi à quelques mètres de l’Intermarché, était considéré comme un endroit paisible. Depuis une semaine, le drogue, cannabis, légalisation, dewezcalme a fait place à la tempête. « Lorsque je sors de chez moi et que je rencontre un voisin, nous évoquons constamment cette sombre histoire. Cette saisie, ajoutée à la sortie scandaleuse des jeunes MR, c’est trop pour nous », relate une voisine du producteur hollandais de 62 ans qui a été placé sous mandat d’arrêt et qui se trouve dans une cellule à la prison de Lantin.

    Ils sont tous contre

    Concrètement, pour les jeunes libéraux, il importe de légaliser la production et la vente de cannabis, tout en prévoyant un encadrement pour les consommateurs. Cet avis n’est pas partagé par la plupart des Dalhemois. Et encore moins par le plus jeune bourgmestre de Wallonie, le réformateur Arnaud Dewez.  « La position générale du MR est contre la légalisation du cannabis », précise-t-il. « A première vue, ce qui m'effraie le plus dans la légalisation, c'est le risque de banaliser davantage le cannabis et de le rendre encore plus facilement accessible. Une première maison de la rue.JPGchose est sûre, avec nos forces de police communale, nous continuerons à rester fermes et attentifs afin de faire respecter la loi. Le tout, dans le but de démanteler les réseaux existants ».

    La socialiste Marie-Catherine Janssen est également opposée à la légalisation du cannabis. « A l’instar de Marcel Neven, le maïeur de Visé, je trouve que nous sommes trop laxistes. La drogue reste un sujet tabou. Plutôt que d’éviter d’en parler, nous devrions communiquer davantage à propos des dangers liés à la consommation du cannabis. C’est le seul moyen de préserver nos jeunes ».

    Décrochage scolaire

    En tant qu’acteur de la santé publique, ce n’est pas le Rénovateur Alexandre Hébert qui va délivrer un message antagoniste. « Je trouve la sortie des jeunes MR étonnante. Légaliser une drogue douce peut avoir des conséquences importantes sur la santé des consommateurs ».

    drogue, cannabis, légalisationEnseignante à Liège, Marie-Eve Dheur (CDH) conclut en corroborant les dires de son collègue politicien. « A l’instar de l’alcool et de la cigarette, le cannabis fait trop de dégâts chez les jeunes que pour être légalisé. Le fait d’en consommer provoque par exemple de nombreux décrochages scolaires ».

    A l’instar des politiciens de l’entité, les Dalhemois sont quasiment tous opposés à la légalisation du cannabis. « Personnellement, j’ai toujours affirmé que si je voyais des gens fumer un pétard autour d’un terrain, je les tapais dehors. Je ne peux en aucun cas accepter le fait que des personnes se droguent devant des enfants », explique Mathieu London, le président du club de football de Warsage.london warsage verticale.JPG

     

    Les réactions fusent

    En inventant la bière de Warsage, Dominique Denis a donné une image positive de son village. « C’est malheureux que d’autres personnes envoient un signal négatif », commente-t-il. « Dalhem étant proche de la frontière hollandaise, le danger de voir des producteurs de cannabis débarquer chez nous a toujours existé. Mais le fait de voir l’un d’entre eux se faire prendre à Warsage a choqué plus d’un Dalhemois ». 

  • Week-end noir pour le football dalhemois

    football, dalhem, etoile, elan, warsageUn week-end à oublier au plus vite. Voici, en quelques mots, le résumé de l’actualité récente liée à nos clubs de football dalhemois. Défaites à gogo, forfait, buts encaissés… C’était effroyable !

    L’Elan a mordu la poussière à Rechain (3-1). Idem pour l’équipe P4 qui, de surcroît, n’a pas trouvé le chemin des filets (3-0). De son côté, l’Etoile a pris une leçon d’efficacité de la part de Richelle, son voisin. Résultat, un 0-3 bien tassé. Quant à la phalange P4, elle n’est même pas montée sur le terrain, faute de joueurs ! Battu par Herstal (0-1), Warsage a apporté sa pierre à cet édifice...croulant.

     

  • Les deux voisins dalhemois se livrent une guerre depuis 15 ans

    guerre, dalhem, tondeuse36 km2 de havre de paix, dans une petite commune bucolique : telle pourrait être la description de Dalhem. Mais dans toute cette quiétude, deux voisins de la rue Joseph Dethier ont fait contraste en se menant une véritable guerre pendant 15 ans. Thierry et José ont comparu devant le tribunal correctionnel de Liège en fin de semaine dernière dans le cadre de cette dispute qui n’en finit pas : c’est notamment le bruit de la tondeuse de José qui aurait déclenché le conflit.

    Les faits pour lesquels les voisins comparaissent: prévention de coups et/ou harcèlement ayant eu lieu entre 2008 et 2011. D'après Thierry, son voisin tondait tout le temps, et ce juste pour faire du bruit. Ainsi, il aurait par exemple tondu durant 7 jours d'affilée, maintenant le moteur allumé pour l'importuner. 'Il peut faire le pitre pendant des heures sur sa terrasse. Quel repos peut-on avoir?", se demandait-il en 2011 sur RTL-TVI qui réalisait une émission avec des conflits de voisinage.

    José soutient évidemment le contraire: "Mon terrain est grand et je ne tonds pas en-dehors des heures autorisées. Mais lui, il est dangereux. Il m'a lancé des piles sur la tête pendant que je tondais. J'ai d'ailleurs gardé les piles, comme preuves"!

    Thierry, à bout de nerfs, aurait été jusqu'à tirer avec sa carabine à plombs, touchant son voisin José. Il soutient qu'il visait la tondeuse et non son voisin. "C'est un assassin. Je lui ai dit que maintenant qu'il avait été vedette à la télévision, il voulait m'assassiner".

    L'histoire est tellement peu claire qu'il a fallu entendre, à l'audience de la semaine dernière, une série de témoins. Ainsi une voisine a déclaré: "Thierry se mettait tout le temps à la fenêtre et il filmait constamment ce qui se passait dans le jardin. Puis, il rôdait avec sa carabine. Moi-même, je n'osais plus laisser mon petit-fils jouer dehors".

    Une nouvelle audience est prévue pour tirer au clair cette sombre histoire. En attendant, un voisin a pris le taureau par les cornes: il a déménagé! LWS

  • Toutes les infos sur le poste de Garde de Médecine Générale de la Basse-Meuse

    garde, basse, meuseDepuis le 3 janvier 2014, un nouveau système de garde de médecine générale est mis en place sur le territoire de la Basse-Meuse, secteur regroupant Bassenge, Blegny, Dalhem, Fourons, Oupeye, Visé et Wandre. Ceci concerne les villages de notre commune.

     

    Quand ?

    La garde de médecine générale se déroule le week-end, du vendredi 18h au lundi 8h. Les jours fériés légaux : la veille dès 18h au lendemain 8h.

     

    04/374.09.34

     

    La Maison de Garde est ouverte de 8h à 20h les samedis, dimanches et jours fériés.

     

    Où ?

    rue Basse Hermalle n° 2B à 4681 Hermalle-sous-Argenteau (à côté de la clinique).

     

    Comment ça marche ?

    Il suffit de contacter le 04/374.09.34, quelques questions vous seront posées afin d'évaluer le degré de priorité de votre appel.

    Selon les cas, vous serez invité à vous présenter à la maison de garde.

    Un médecin ne pourra se rendre à votre domicile qu'en cas de vraie nécessité et d'impossibilité absolue de vous déplacer.

    L'objectif de la garde de médecine générale est de proposer des soins qui ne peuvent être postposés.

    Seules les demandes justifiées seront prises en charge.

     

    Combien ça coûte ?

    Les honoraires pratiqués lors des consultations au poste de garde sont ceux de la convention, c'est-à-dire 37€. Le poste de garde est équipé d'un terminal bancaire pour les paiements électroniques.

     

    Qui ?

    Par qui vais-je être soigné ? Un médecin généraliste !

     

    Pour un meilleur suivi, le médecin que vous aurez consulté informera votre médecin traitant du diagnostic et du traitement prescrit.